Quand la rivalité chats contre chiens a-t-elle commencé aux États-Unis ?

Quand la rivalité chats contre chiens a-t-elle commencé aux États-Unis ?


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Aux États-Unis, les propriétaires d'animaux de compagnie semblent être considérés comme des chiens ou des chats. Ce phénomène culturel est si répandu qu'Hollywood en a même fait un film.

Ma question est, quand cette rivalité a-t-elle commencé aux États-Unis ?


Selon Katherine Grier auteur de Animaux de compagnie en Amérique : une histoire (2006, UNC Press, sans doute l'ouvrage faisant autorité sur le sujet), le sentiment est probablement assez récent, depuis les années 1970.

Je vais d'abord faire quelques remarques rapides :

  • Vous posez des questions sur la rivalité entre les soi-disant « gens chats » et « gens chiens », pas entre les chiens et les chats eux-mêmes. Pour ce dernier, voir Darwin via Tom & Jerry.
  • Selon une étude de 2009 de l'Université du Texas, 46% des personnes interrogées dans une enquête se sont décrites comme des "gens de chien", 12% de "gens de chat", 28% des deux et 15% ni l'un ni l'autre. Il a été suggéré ailleurs que beaucoup de ceux qui se décrivent comme des chiens possèdent également des chats. Ainsi, diviser soigneusement la population en un camp pour chiens et un camp pour chats fonctionne mieux pour monter une blague que pour décrire la population actuelle des États-Unis d'aujourd'hui, axée sur les animaux de compagnie.

L'idée de préférer un chien à un chat ou vice versa n'est possible que dans une société où les deux sont plus familiers comme animaux de compagnie que comme animaux de travail. Après tout, pendant la majeure partie de l'histoire de l'humanité, la plupart des animaux domestiques servaient un objectif économique : les chats servaient à lutter contre les parasites domestiques, les chiens servaient à chasser ou à garder les troupeaux et à garder le côté. Les oiseaux chanteurs remplissaient l'air de musique avant qu'il n'y ait des disques ou de la radio. Préférer la compagnie de l'un n'aurait pas exclu de posséder aussi les autres.

Grier note que la garde d'animaux de compagnie n'est devenue courante dans la bourgeoisie qu'au milieu du XIXe siècle (et les chiens ont été gardés uniquement comme animaux de compagnie avant les chats). De plus, la plupart des propriétaires d'animaux auraient interagi avec les animaux de manière traditionnelle à la fois à l'intérieur et à l'extérieur de la maison ; non seulement des chevaux, mais des cochons et des poulets pouvaient être trouvés dans les villes américaines jusque dans les années 1920.

Une augmentation du nombre de propriétaires a eu lieu après la Seconde Guerre mondiale, car la prospérité et la banlieue ont permis à davantage de familles de garder des animaux de compagnie. Cela coïncide parfaitement avec les premiers résultats de recherche de Google Books pour "une personne de chien" et "une personne de chat" provenant de la fin des années 1950 et du début des années 1960 (à part les références à certaines espèces de science-fiction / horreur d'Hollywood).

Grier note en outre que depuis les années 1970, "la pratique de la garde d'animaux a évolué à un rythme accéléré". Les dépenses pour les animaux de compagnie (jouets, nourriture, soins vétérinaires, formation, "garderie de jour pour chiens" et ainsi de suite) ont connu une forte augmentation, et peut-être que l'énergie émotionnelle disponible grâce à la baisse des taux de mariage et de natalité a été redirigée vers la sentimentalité envers la population animale. le terme « animal de compagnie » lui-même est inconfortable pour certains. Elle cite un chiffre de l'American Pet Products Manufacturers Association selon lequel même 20 % des propriétaires de reptiles décrivent leurs animaux de compagnie comme étant « comme un enfant/un membre de la famille ».

Pour l'anecdote, cela semble se confirmer. Je ne connais pas un seul propriétaire de chat qui fasse sortir Morris pour la nuit, comme le montre le générique de fin de Les Flintstone. Soyez également témoin de la tempête de feu sur Mitt Romney emmenant le chien dans un porte-bagages sur le toit lors d'un voyage en famille dans les années 1970. Comme conduire sans ceinture de sécurité, une telle pratique était alors tout à fait normale, mais invite aujourd'hui les gloussements et les frissons consternés des classes de bavardage.

Avec autant d'investissements - financièrement et émotionnellement - dans les animaux de compagnie, il n'est pas surprenant que nous projetions également notre identité sur eux. Bien qu'il s'agisse d'une mesure brute, le Google NGram de "une personne chat", "une personne chien" montre une augmentation significative du mème après 1980.


Selon Google ngrams, les termes ont commencé à décoller vers 1970. Les premières utilisations de « gens de chien » et « personne de chien » semblent principalement faire référence à des personnes qui ont une expertise sur les chiens (par exemple, un article de 1915 dans Dog Fancier qui fait référence au jugement spectacles par "gens de chien"), mais au début des années 1970, les termes sont clairement utilisés principalement pour indiquer les personnes qui préfèrent simplement l'un ou l'autre.

La première version que j'ai trouvée qui les utilise clairement comme une comparaison "nous ou eux" provenait d'un article de 1919 dans Everybody's Magazine (The Case of Mouser vs Bowser) montre que le concept était déjà là aussi tôt; la table des matières taquine l'article avec « Êtes-vous une personne de chat ? Une personne de chien ? Si oui, pourquoi ? (L'article actuel utilise "dog-person" et "cat-person" au lieu des versions sans trait d'union.)

Après cela, la prochaine apparition que j'ai trouvée date de 1955 (Arts Magazine, Volume 29, Numéro 3) : « Êtes-vous une personne de chat ou une personne de chien ? elle a demandé. "Je pense qu'il y a deux sortes de personnes." Il y en a aussi un de 1963 ("The Whistling Zone", d'Herbert Kubly) : "Pour moi, tout le monde est un chien ou un chat", disait-elle, la main sur son bras.


6 guerres se sont livrées pour des raisons ridicules

La guerre des cochons, qui porte bien son nom, a failli voir une dispute au sujet d'un porc abattu mener à un conflit à grande échelle entre les États-Unis et la Grande-Bretagne. La controverse a commencé en 1859 sur l'île de San Juan, un morceau de terre situé entre les États-Unis continentaux et l'île de Vancouver. À l'époque, l'île abritait des colons américains et des employés britanniques de la Compagnie de la Baie d'Hudson, et les deux parties avaient revendiqué son sol fertile. Les premiers et seuls coups de feu de la guerre des cochons ont eu lieu le 15 juin 1859, lorsqu'un agriculteur américain du nom de Lyman Cutlar a abattu un sanglier noir appartenant à des Britanniques après avoir découvert l'animal en train de s'enraciner dans son champ de pommes de terre. La dispute qui a suivi au sujet du porc mort a augmenté les tensions entre les deux groupes de colons, et Cutlar a finalement été menacé d'arrestation.

Après que les Américains ont signalé l'incident à l'armée, l'armée américaine a envoyé le capitaine George Pickett&# x2014plus tard un général confédéré pendant la guerre civile&# x2014à San Juan avec un petit effectif de troupes. Pickett a augmenté la mise en déclarant toute l'île propriété des États-Unis, et les Britanniques ont répondu en envoyant une flotte de navires de guerre lourdement armés sur la côte. Une impasse absurde s'en est suivie et la situation est restée sur le fil du rasoir pendant plusieurs semaines angoissantes. Les deux nations négocieraient enfin un accord permettant l'occupation militaire conjointe de l'île de San Juan en octobre 1859, mettant fin à la guerre du cochon comme une impasse sans effusion de sang&# x2014à l'exception d'un malheureux porc.


Une brève histoire des chats domestiques

Sur n'importe lequel des nombres surprenants de sites Web entièrement consacrés à la sagesse sur les chats, on trouvera des citations comme celles-ci : "Comme chaque propriétaire de chat le sait, personne ne possède un chat" (attribué à Ellen Perry Berkeley) "L'expression 'chat domestique' est un oxymore » (attribué à George F. Will) et « Un chien est le meilleur ami d'un homme. Un chat est le meilleur ami d'un chat » (attribué à Robet J. Vogel). Bien sûr, là est comme le chat domestique, et les chats et les humains entretiennent une relation essentiellement symbiotique depuis des milliers d'années. Mais les boutades mettent en lumière une ambivalence bien réelle dans la longue relation entre les chats et les humains, comme le montre cette histoire du chat domestique.

Le mystère du chat de maison antique

Il a fallu un certain temps aux scientifiques pour résoudre l'énigme du moment et de l'endroit où les chats ont été domestiqués pour la première fois. On pourrait penser que les archives archéologiques pourraient répondre facilement à la question, mais les chats sauvages et les chats domestiques ont des squelettes remarquablement similaires, ce qui complique les choses. Certains indices sont venus pour la première fois de l'île de Chypre en 1983, lorsque des archéologues ont découvert une mâchoire de chat datant de 8 000 ans. Puisqu'il semblait hautement improbable que des humains aient amené des chats sauvages sur l'île (un "félin sauvage crachant, grattant et pris de panique aurait été le dernier type de compagnon de bateau qu'ils auraient voulu", écrit Desmond Morris dans Catworld : une encyclopédie féline), la découverte suggère que la domestication a eu lieu avant il y a 8 000 ans.

En 2004, la mise au jour d'un site encore plus ancien à Chypre, dans lequel un chat avait été délibérément enterré avec un humain, a rendu encore plus certain que les anciens chats de l'île avaient été domestiqués et a repoussé la date de la domestication d'au moins 1 500 ans.

Le mois dernier, une étude publiée dans la revue Research Journal Science obtenu plus de pièces dans le puzzle de la domestication du chat sur la base d'analyses génétiques. Tous les chats domestiques, déclarent les auteurs, descendent d'un chat sauvage du Moyen-Orient, Felis sylvestris, qui signifie littéralement "chat des bois". Les chats ont été domestiqués pour la première fois au Proche-Orient, et certains des auteurs de l'étude pensent que le processus a commencé il y a jusqu'à 12 000 ans.

Les chats égyptiens étaient associés à la déesse Bastet, et donc vénérés et immortalisés dans de nombreuses formes d'art, comme celui-ci acquis par Henry Walters. Le pendentif de ce collier de chat montre une déesse debout avec la double couronne allaitant le jeune Harpokrates. (Source de l'image : Wikipédia) Datant de 664 av. - 395 après JC, les Égyptiens momifiaient leurs chats domestiques, comme celui-ci avec l'aimable autorisation du Smithsonian National Museum of Natural History. Notez qu'il s'agit d'un modèle ou d'une reproduction d'une momie de chat, car il n'y a pas d'os à l'intérieur. L'ancienne vénération égyptienne pour les chats est bien connue et bien documentée dans les archives archéologiques : les scientifiques ont trouvé un cimetière de chats à Beni-Hassan regorgeant de 300 000 momies de chats. (Musée national d'histoire naturelle) Probablement de la dynastie ptolémaïque, cette colonne de papyrus avec deux chats datant de 305-30 av. est en faïence. C'est une bonne démonstration de combien les Égyptiens adoraient leurs chats domestiques que des statues comme celle-ci aient été faites à leur image. (Musée Freer Sackler) Ce moulage d'une statuette égyptienne antique d'un chat est détenu par le Musée national d'histoire naturelle du Smithsonian et a été découvert en 1922. (Musée national d'histoire naturelle) De petites amulettes en faïence, comme celle-ci (datant de 664-525 avant notre ère), ou en pierre, en céramique, en métal ou en verre étaient des possessions personnelles courantes dans l'Égypte ancienne. Ils étaient le plus souvent façonnés sous la forme de dieux et de déesses ou d'animaux sacrés pour eux et portés comme protection. Avec l'aimable autorisation du Musée Freer Sackler. (Musée Freer Sackler) Opus vermiculatum au Musée national se trouve une mosaïque au sol avec un chat et deux canards de la fin de l'ère républicaine, premier quart du Ier siècle av. Les chats domestiques étaient considérés à la fois utiles et respectueux de la société romaine. (Source de l'image : Wikipédia)

Animal de compagnie de la civilisation

Alors qu'il y a 12 000 ans peut sembler une estimation audacieuse, près de 3 000 avant la date du chat de la tombe de Chypre, c'est en fait une estimation parfaitement logique, puisque c'est précisément à ce moment-là que les premières sociétés agricoles ont commencé à prospérer dans le Croissant fertile du Moyen-Orient.

Lorsque les humains étaient principalement des chasseurs, les chiens étaient d'une grande utilité et ont donc été domestiqués bien avant les chats. Les chats, en revanche, ne sont devenus utiles aux humains que lorsque nous avons commencé à nous installer, à labourer la terre et à stocker de manière cruciale les récoltes excédentaires. Avec les magasins de céréales sont venues les souris, et lorsque les premiers chats sauvages ont erré en ville, le décor était planté pour ce que le ScienceLes auteurs de l'étude appellent "l'une des" expériences biologiques "les plus réussies jamais entreprises". Les chats étaient ravis de l'abondance de proies dans les entrepôts, les gens étaient ravis de la lutte antiparasitaire.

"Nous pensons que ce qui s'est passé, c'est que les chats se sont en quelque sorte domestiqués", a déclaré Carlos Driscoll, l'un des auteurs de l'étude.Washington Post. Les chats s'y sont invités, et au fil du temps, les gens privilégiant les chats aux traits plus dociles, certains chats se sont adaptés à ce nouvel environnement, produisant les dizaines de races de chats domestiques connues aujourd'hui. Aux États-Unis, les chats sont l'animal domestique le plus populaire, avec 90 millions de chats domestiqués qui se faufilent dans environ 34% des foyers américains.

Dieu et diable : le chat dans l'histoire

Si les chats semblent ambivalents à notre égard, comme l'indiquent les citations des sites de fans de chats, cela peut être le reflet des sentiments très mitigés que les humains ont également manifestés envers les chats au cours des millénaires.

L'ancienne vénération égyptienne pour les chats est bien connue et bien documentée dans les archives archéologiques : des scientifiques ont trouvé un cimetière de chats à Beni-Hassan regorgeant de 300 000 momies de chats. Bastet, une déesse égyptienne de l'amour, avait une tête de chat, et être reconnu coupable d'avoir tué un chat en Égypte signifiait souvent une condamnation à mort pour le coupable.

Les anciens Romains avaient une révérence similaire, quoique tempérée et sécularisée, pour les chats, qui étaient considérés comme un symbole de liberté. En Extrême-Orient, les chats étaient appréciés pour la protection qu'ils offraient aux précieux manuscrits contre les rongeurs.

Pour une raison quelconque, cependant, les chats ont été diabolisés en Europe au Moyen Âge. Ils étaient considérés par beaucoup comme étant affiliés aux sorcières et au diable, et beaucoup ont été tués dans un effort pour éloigner le mal (une action qui, selon les érudits, a ironiquement contribué à propager la peste, qui était portée par des rats). Ce n'est que dans les années 1600 que l'image publique des chats a commencé à se rallier en Occident.

De nos jours, bien sûr, les chats sont des superstars : les protagonistes des bandes dessinées et des émissions de télévision. Au milieu des années 90, les services et produits pour chats étaient devenus une industrie d'un milliard de dollars. Et pourtant, même dans notre culture populaire, il reste un peu de l'ambivalence séculaire. Le chat ne semble pas être en mesure de se débarrasser entièrement de son association avec le mal : après tout, combien de fois voyez-vous le grand méchant maniaque d'un film, alors qu'il se prélasse dans un fauteuil confortable et planifie la destruction du monde, caresser la tête d'un Golden retriever?

David Zax, un écrivain de Washington, D.C., a récemment écrit une brève histoire de Wimbledon.

À propos de David Zax

David Zax est journaliste indépendant et rédacteur en chef collaborateur de Examen de la technologie (où il écrit également un blog sur les gadgets).


La règle des chats dans l'Egypte ancienne

Les anciens Égyptiens vénéraient de nombreux animaux pendant des milliers d'années. Les animaux étaient vénérés pour différentes raisons. Les chiens étaient appréciés pour leur capacité à protéger et à chasser, mais les chats étaient considérés comme les plus spéciaux. Les Égyptiens croyaient que les chats étaient des créatures magiques, capables de porter chance aux personnes qui les abritaient.

Pour honorer ces précieux animaux de compagnie, de riches familles les ont habillés de bijoux et leur ont donné des friandises dignes de la royauté. Lorsque les chats sont morts, ils ont été momifiés. En signe de deuil, les propriétaires de chats se sont rasés les sourcils et ont continué à pleurer jusqu'à ce que leurs sourcils repoussent. L'art de l'Egypte ancienne montre des statues et des peintures de chaque type de félin. Les chats étaient si spéciaux que ceux qui les ont tués, même par accident, ont été condamnés à mort.

Selon la mythologie égyptienne, les dieux et les déesses avaient le pouvoir de se transformer en différents animaux. Une seule divinité, la déesse nommée Bastet, avait le pouvoir de devenir un chat. Dans la ville de Per-Bast, un beau temple a été construit et les gens sont venus de partout pour découvrir sa splendeur.


Commentaires : Chat contre Chien

Commentaires anonymes (5)

13 février 2014, 04h48

Oh bonté gracieuse. Les deux êtres ont leurs avantages et leurs inconvénients. Et quels qu'ils soient, nous devons juste l'accepter. Je ne peux pas choisir entre les chats et les chiens car j'aime les deux. Je possède un chien et deux chats. Et étant propriétaire des deux, je pourrais dire qu'ils se complètent.

&mdash 49.✗.✗.15

23 septembre 2013, 18h38

J'aime les chats et les chiens, mais je pense que les rouages ​​​​sont un peu meilleurs car ils sont plus interactifs avec les gens et visent à plaire.

&mdash 66.✗.✗.121

17 décembre 2013, 18h19

Ceci est écrit pour ressembler à une guerre d'animaux de compagnie, je voulais juste connaître les différences entre eux et j'ai fini par encourager les chiens

&mdash 201.✗.✗.203

16 octobre 2013, 11h51

Vous êtes un crétin. Les chats sont merveilleux, c'est pourquoi ils sont l'animal de compagnie le plus populaire au monde. Vous ne connaissez pas un chat tant que vous n'en avez pas aimé et possédé un.

&mdash 94.✗.✗.166

26 février 2014, 12h52

Il est clair que les chats ne gouvernent pas s'ils sont moins appréciés. Regardez les évaluations des utilisateurs ci-dessus. De toute évidence, le chien l'emporte sur le chat sur le plus aimé. Alors quittez votre ignorance et comprenez simplement que les chiens sont clairement plus appréciés. Les statistiques peuvent le prouver comme l'évaluation des utilisateurs, encore une fois, ci-dessus.

&mdash 108.✗.✗.239

Que pensent les chats de nous ? Vous pourriez être surpris

Depuis que les chats nous ont mis leurs adorables griffes il y a environ 9 500 ans, les humains ont eu une histoire d'amour avec les félins.

Aujourd'hui, plus de 80 millions de chats vivent dans des foyers américains, avec environ trois chats pour chaque chien sur la planète. (Regardez une vidéo sur la vie secrète des chats.) Pourtant, nous ignorons encore beaucoup de choses sur nos amis félins, y compris ce qu'ils pensent de leurs propriétaires.

John Bradshaw est un expert en comportement de chat à l'Université de Bristol et l'auteur du nouveau livre Cat Sense. Après avoir observé des chats de compagnie pendant plusieurs années, il est arrivé à une conclusion intrigante : ils ne nous comprennent pas vraiment comme les chiens le font.

Bradshaw a récemment partagé certaines de ses idées avec National Geographic.

Comment êtes-vous arrivé au comportement félin ?

Pendant les 20 premières années de ma carrière, j'ai étudié le comportement olfactif [de l'odorat] chez les invertébrés. J'ai toujours été fasciné par cet autre monde dans lequel vivent les animaux, principalement celui des odeurs, qui est le sens premier des chiens. Ainsi, au début des années 1980, j'ai commencé à travailler sur le comportement des chiens. [Plus tard] Je suis très vite devenu fasciné par les chats, et quelle est leur idée du monde par rapport à celle que nous avons.

Que faites-vous dans vos recherches ?

Beaucoup d'observation : observer des groupes de chats pour voir comment ils interagissent les uns avec les autres et en déduire leur structure sociale. [Je regarde] des chats dans des colonies en liberté et dans des refuges pour animaux où un bon nombre seront hébergés ensemble – vous obtenez une dynamique intéressante [lorsque de nouveaux chats sont introduits].

J'ai aussi fait des choses un peu plus manipulatrices, comme étudier la façon dont les chats jouent avec les jouets, ou tester les [comportements] des chats à différents moments de la journée. [J'observe aussi] les relations avec les propriétaires, les interroge et leur remet des questionnaires pour savoir comment ils perçoivent leurs chats.

Pourquoi avez-vous conclu que les chats ne « nous comprennent » pas comme les chiens ?

Il y a eu beaucoup de recherches sur les chiens et sur la façon dont les chiens interagissent avec les gens. [Il est] devenu très clair que les chiens nous perçoivent comme étant différents d'eux : dès qu'ils voient un humain, ils changent de comportement. La façon dont un chien joue avec un humain est complètement différente de [la façon dont il joue] avec un chien.

Nous n'avons encore rien découvert sur le comportement des chats qui suggère qu'ils ont une boîte séparée dans laquelle ils nous mettent lorsqu'ils socialisent avec nous. Ils savent évidemment que nous sommes plus grands qu'eux, mais ils ne semblent pas avoir beaucoup adapté leur comportement social. Mettre la queue en l'air, se frotter autour de nos jambes, s'asseoir à côté de nous et nous toiletter sont exactement ce que les chats se font les uns les autres. (Voir aussi "Comment les chats et les gens ont grandi pour s'aimer.")

J'ai lu des articles dans lesquels vous disiez que les chats nous considéraient comme de gros chats stupides. Est-ce exact?

Non. Dans le livre [je dis] que les chats se comportent envers nous d'une manière qui ne se distingue pas de [comment] ils agiraient envers les autres chats. Ils pensent que nous sommes maladroits : peu de chats trébuchent sur les gens, mais nous trébuchons sur des chats.

Mais je ne pense pas qu'ils nous considèrent comme des imbéciles et des imbéciles, puisque les chats ne se frottent pas à un autre chat qui leur est inférieur. (Voir "Les chats utilisent un ronronnement 'irrésistible' pour obtenir ce qu'ils veulent.")

Pouvons-nous découvrir ce que les chats pensent vraiment de nous ?

Il faut faire plus de recherches. [Ce n'est] pas un domaine qui a reçu suffisamment d'attention. [Les chats ne sont] pas des animaux sauvages, alors les écologistes [pourraient penser] : « Eh bien, ce ne sont pas du tout des animaux. »

Qu'est-ce qui vous a le plus surpris dans vos recherches ?

À quel point beaucoup de chats de compagnie peuvent être stressés sans que leurs propriétaires s'en rendent compte, et à quel point cela affecte la qualité de leur vie mentale et leur santé. Les chats ne s'entendent pas [toujours] avec les autres chats, [et les gens ne réalisent pas] à quel point cela peut les stresser. Outre les visites de routine, la raison la plus courante pour laquelle les chats sont emmenés chez le vétérinaire est une blessure subie lors d'une bagarre avec un autre chat.

[Plus de chats souffrent mystérieusement] de dermatite et de cystite [inflammation de la vessie] et il devient de plus en plus clair que ces problèmes médicaux sont aggravés par le stress psychologique. [Par exemple], l'inflammation de la paroi de la vessie est liée aux hormones du stress dans le sang.

Une solution consiste à examiner le mode de vie social du chat, au lieu de le remplir de drogue. [Par exemple, cela pourrait signifier s'assurer] que deux chats qui [ne s'entendent pas] vivent aux extrémités opposées de la maison. Très souvent, tout le problème disparaît.

J'ai quelques questions de propriétaires de chats sur Facebook. Premièrement, pourquoi un chat peut-il hurler quand il est seul dans une pièce ?

Les chats apprennent spécifiquement comment leurs propriétaires réagissent lorsqu'ils font des bruits particuliers. Donc, si le chat pense : « Je veux faire venir mon maître de l'autre pièce », il s'efforce de vocaliser. Ils utilisent un apprentissage simple. (En savoir plus sur l'initiative Little Kitties for Big Cats de National Geographic.)

Pourquoi certains chats traitent-ils différemment un membre humain de la maison ?

Ils sont beaucoup plus intelligents que ce que nous leur accordons : ils apprennent ce qui fonctionne avec quelle personne. Ils savent si [un membre de la famille] est enclin à se lever à 4 heures du matin et à leur donner des friandises.

Ils utilisent un comportement qu'ils utiliseraient envers leur mère - tout le comportement qu'ils montrent envers nous est dérivé d'une manière ou d'une autre de la relation mère-chaton. Le chaton apprend à relever sa queue, à se frotter contre sa mère, à pétrir et à ronronner. Le toilettage est ce que les mères font pour les chatons.

Ils utilisent donc des éléments de comportement déjà dans leur répertoire pour communiquer avec nous. Il n'y a pas beaucoup de comportements, peut-être une demi-douzaine. (Voir les photos de chats des lecteurs de National Geographic.)

Oui. Les chats peuvent apprendre ce qu'ils ne sont pas censés faire. Si votre chat a pris l'habitude [de sauter sur la table de la cuisine], il existe peu de moyens de l'empêcher.

Vous pouvez utiliser un jouet à ressort, donc lorsqu'un chat saute sur quelque chose, le jouet monte dans les airs – le chat n'aime pas ça et saute. Une autre [stratégie] raisonnablement bénigne consiste à utiliser un pistolet à eau pour enfant. Mais assurez-vous que le chat ne se rend pas compte que vous l'avez. Les chats ne pardonnent pas, et une fois qu'ils se rendent compte qu'une personne leur cause de l'anxiété ou du mal, ils s'éloignent.

Que voulez-vous que les propriétaires sachent sur leurs chats ?

Reconnaissez que les chats sont des animaux sociables jusqu'à un certain point, mais pas autant que les chiens le sont. Beaucoup de gens qui ont un chat décident qu'ils aimeraient avoir un autre chat, pensant que deux chats sont deux fois plus amusants. Mais les chats peuvent ne pas le voir de cette façon.

Le message simple que je voudrais faire passer est que si vous voulez avoir plus d'un chat, faites-le avec prudence et soyez prêt à abandonner si cela ne fonctionne pas.


Les plus grandes tendances de l'industrie des animaux de compagnie

L'industrie des animaux de compagnie connaît une croissance explosive. Selon l'American Pet Products Association, près de 85 millions de foyers possèdent un animal de compagnie et au cours des 30 dernières années, le nombre de propriétaires d'animaux est passé de 56 % à 68 % de tous les foyers. Certains des changements dans la possession d'animaux de compagnie sont dus à la technologie et à l'avènement des achats en ligne. Mais la majeure partie de la croissance est due aux changements de culture. Au fur et à mesure que les consommateurs de la génération Y et de la génération Z sont devenus adultes, ils ont adopté le mode de vie des propriétaires et des amoureux des animaux dans une bien plus grande mesure que leurs aînés. Alors que les baby-boomers représentent 32 % des animaux de compagnie possédés, les ménages dirigés par des cohortes plus jeunes représentent 62 % des propriétaires d'animaux de compagnie.

J'ai récemment rencontré Phillip Cooper, un expert de l'industrie des animaux de compagnie qui a consulté certains des meilleurs et des plus grands leaders de l'industrie des animaux de compagnie. Il a expliqué comment ces changements culturels affectent ce que les consommateurs veulent maintenant lorsqu'ils possèdent des animaux de compagnie. Les entreprises d'animaux de compagnie à la croissance la plus rapide profitent de ces tendances :

  • Nourriture – Les consommateurs ne veulent pas d'aliments traditionnels pour animaux de compagnie. Ils veulent des ingrédients sains et ils veulent comprendre la liste des ingrédients. Ils optent pour des régimes plus frais, surgelés et sur mesure pour leurs animaux de compagnie. Ces produits coûtent plus cher et les consommateurs achètent.
  • Marques privées en ligne – Amazon et Chewy.com font la promotion de leurs propres marques pour perturber le marché et éliminer les marges des intermédiaires. D'autres acteurs de niche plus petits créent également des marques avec leur propre identité.
  • Friandises – Les parents d'animaux donnent à leurs animaux 8 à 10 friandises par jour et les tendances dans lesquelles les friandises réussissent suivent les mêmes tendances que les aliments pour animaux.
  • La technologie – On voit se développer des services et des commodités pour animaux de compagnie à l'instar des services à la personne. Tout comme pour les gens, le smartphone a permis ce changement.
  • Des services accrus – On accorde plus d'attention au toilettage et aux soins des animaux, au transport des animaux, aux hôtels pour animaux et bien d'autres.
  • Fin de vie – Il existe de nombreux autres produits et services pour les animaux de compagnie à mesure qu'ils vieillissent et meurent. Les services palliatifs pour les animaux de compagnie en phase terminale, les cimetières pour animaux de compagnie et la crémation, le conseil en deuil en sont quelques exemples.
  • Disponibilité – Les marchands de masse, les épiceries et même les magasins à un dollar ajoutent des aliments pour animaux de compagnie et d'autres produits de qualité supérieure afin qu'ils soient disponibles dans beaucoup plus de points de distribution que jamais auparavant.
  • Code d'anomalie – La tendance à la vente directe au consommateur a atteint l'industrie des animaux de compagnie de manière considérable. De nombreuses marques suivent leurs homologues de produits humains et vendent des produits sans passer par un détaillant multimarque traditionnel.

Il y a une conférence à Austin, TX au début du mois prochain appelée Pets & Money qui rassemble des innovateurs et des investisseurs de l'industrie des animaux de compagnie à un stade précoce. Avant la conférence, les organisateurs ont organisé un concours en utilisant un panel d'experts de l'industrie en tant que juges pour choisir 12 étoiles qui seront mises en évidence lors de la conférence. Les entreprises qu'ils ont choisies sont de bonnes indications des tendances dont parle Cooper. Les voici:

Assiette pour animaux de compagnie est un service d'abonnement qui vend des aliments de qualité supérieure pour chiens. Le service peut être utilisé soit en complément d'un régime alimentaire, soit idéalement en tant que régime alimentaire complet d'un chien. Pet Plate affirme que sa rétention est plus élevée que la plupart des services d'abonnement, car une fois qu'un chien aime son régime, il est peu probable que le parent de l'animal change. Le service n'est pas axé sur les consommateurs urbains du millénaire, l'entreprise affirme que ses données montrent qu'il s'étend à de nombreux autres groupes démographiques, ce qui lui confère un énorme marché potentiel. Le produit est expédié congelé dans des contenants personnalisés de la taille d'une portion. Pet Plate a déjà reçu un soutien en capital-risque.

Si vous êtes intéressé par le bien-être des animaux de compagnie ou si vous utilisez des produits de septième génération chez vous, alors Wondercide est pour toi. Wondercide fait « une lutte antiparasitaire sûre et efficace pour les animaux de compagnie, les familles et les maisons ». Wondercide est principalement vendu directement aux consommateurs en ligne et chez les détaillants spécialisés dans les animaux de compagnie à l'échelle nationale. Il est fondé par des femmes, aura dix ans en 2019 et a levé très peu de capital, pas d'argent institutionnel, et a connu une croissance à deux ou trois chiffres chaque année, sauf un. Jusqu'à récemment, Wondercide n'avait presque pas de budget marketing, son activité s'est développée principalement par le bouche-à-oreille.

DOGTV est, eh bien, la télévision pour chiens. Un pourcentage élevé de propriétaires de chiens laissent leur chien seul à la maison pendant des heures et environ la moitié d'entre eux laissent une télévision ou une radio allumée pour que le chien seul soit plus agréable. Mais le divertissement humain n'est pas conçu pour les chiens et c'est ce que DOGTV cherche à guérir. À l'aide de nombreuses études, DOGTV a créé une programmation brevetée que les chiens peuvent regarder, apprendre et se divertir. Le style de la programmation et les images ont été adaptés à la compréhension des chiens. Le service est disponible par abonnement en ligne ainsi que sur DirecTV, DishTV, Comcast, Cox et RCN.

Creuser s'appelle, "l'application de rencontres de la personne de chien." L'univers des applications de rencontres est devenu de plus en plus axé sur les niches et les utilisateurs sont généralement actifs sur plusieurs applications simultanément. Dig offre la possibilité d'une relation avec quelqu'un qui a déjà une relation dans sa maison ou qui souhaite avoir un chien à l'avenir. L'application permet également de planifier des dates adaptées aux chiens. Les utilisateurs sont à 65% des femmes, ce qui est la proportion inverse de la plupart des applications de rencontres. L'application (iOS et Android) est utilisable partout et les marchés cibles de Dig d'Austin, Boston, Chicago, Détroit, La Nouvelle-Orléans, New York et San Francisco ont eu jusqu'à présent 154 000 utilisateurs uniques.

KitNipBox est une boîte d'abonnement qui vient chaque mois dans les maisons des propriétaires de chats. Il propose des jouets de haute qualité, des friandises entièrement naturelles et d'autres produits amusants et sains pour les chats. Alors que ce marché a été largement développé pour les chiens, il n'y a pratiquement personne dans le secteur des chats. En conséquence, le client moyen reste abonné beaucoup plus longtemps que dans la plupart des sociétés d'abonnement, KitNipBox est rentable et n'a levé presque aucun capital extérieur.

Grand PooBox a introduit un bac à litière pour chat doté de nombreuses fonctionnalités innovantes. Premièrement, il a un bon design pour ne pas avoir à être relégué dans un placard ou la salle de bain, il est attrayant dans n'importe quelle pièce. Deuxièmement, il utilise deux fois moins de litière pour chat que les bacs à litière traditionnels. Enfin, il dispose d'une rampe interne râpée sur laquelle marchent les chats lorsqu'ils sortent de la litière. La rampe enlève la litière des pattes du chat et laisse peu ou pas de résidus de litière pour chat près de la boîte ou dans la pièce. À l'heure actuelle, le produit est principalement offert directement au consommateur pour 85 $ et il est fabriqué aux États-Unis.

Lorsque vous souhaitez emmener votre animal dans un Uber ou un Lyft, les choses peuvent vite se compliquer. Les chauffeurs ne sont pas obligés d'emmener des animaux de compagnie et le résultat peut être des retards, des annulations de trajets et de nombreux désagréments. SpotOn.Animal a la réponse. Leurs chauffeurs ne rejetteront pas votre animal de compagnie et ils fourniront des housses de protection pour la voiture et des ceintures de sécurité (en fait un harnais) pour votre chien ou votre chat. Le prix est comparable à celui d'Uber Black et les chauffeurs reçoivent 85 % du coût du trajet, ce qui rend l'adhésion beaucoup plus attrayante pour eux et permet à SpotOn.Pet de monter en puissance rapidement. Le service vient d'être lancé à New York et sera bientôt étendu à d'autres villes.

Toletta est une litière pour chat qui surveille passivement la santé de votre chat. Lorsque le chat entre dans la litière, Toletta peut reconnaître qu'il s'agit de votre chat et faire la distinction entre plusieurs chats à l'aide de la reconnaissance faciale. Il surveille le poids des chats, le volume d'urine et la fréquence à laquelle ils utilisent la litière. Il connecte les données à une application sur votre smartphone et vous alerte des risques pour la santé de votre chat, notamment les infections des voies urinaires (très fréquentes), les maladies rénales et l'obésité. En ce qui concerne la commercialisation en 2019, il y aura un seul prix pour l'appareil et un faible abonnement mensuel pour la surveillance de l'application.

Selon Biome animal, 20% des personnes souffrent de troubles digestifs chroniques comme la colite, l'intestin inflammatoire et d'autres troubles. Un pourcentage similaire d'animaux de compagnie souffrent également de ces troubles et beaucoup plus souffrent de sensibilités alimentaires. Le marché cible d'Animal Biome est constitué de consommateurs qui comprennent le bien-être proactif pour prévenir et traiter ces conditions. Animal Biome propose des tests de santé intestinale et des suppléments pour que les animaux de compagnie soient en meilleure santé et 80% des chats et des chiens qui prennent leurs suppléments ont un changement mesurable et bénéfique dans leur microbiome avec une fonction intestinale améliorée.

Ingrédients, produits et emballages Mixlab

Mixlab fournit des médicaments personnalisés et des produits de bien-être pour les animaux de compagnie. Lorsqu'une ordonnance est reçue d'un vétérinaire, Mixlab personnalise le dosage en fonction de la taille et du type de l'animal. Mixlab can often give the pet parent the opportunity to have the medication mixed into a flavored treat or other form that's easier to administer. Mixlab presents its services to vets who recommend it to their pet owners. So far, a majority of the vets who have met a Mixlab representative have recommended it to their pet owners. Mixlab is only available in New York, New Jersey and Connecticut and is planning to expand throughout the country.

Pupjoy product and customer

Pupjoy uses technology and data to offer mass customization of pet products. Its first offering is a subscription box that is highly customizable based on users’ preferences and dogs’ sensitivities and include treats, chews, toys, supplements, accessories as well as products for preventive care. Pupjoy guarantees a retail value in its subscription boxes that is at least double the price paid by the consumer. Pupjoy also sells customized boxes and products wholesale for corporate gifts and loyalty programs and eventually plans to offer customized pet food.

Theresa Piasta told me the company she founded, Puppy Mama, “is a platform for women to connect with each other and share how their dogs help them and bring joy to their lives.” In creating a community online for women who love their dogs, Puppy Mama advocates for a more dog-friendly world. With its brand, Puppy Mama drives revenue through digital advertising and sales of branded apparel and other products in the Puppy Mama ecommerce store.

I am a Co-founder and Partner at Triangle Capital LLC (www.TriangleCapitalLLC.com) where we specialize in mergers, acquisitions and capital-raising for consumer-related

I am a Co-founder and Partner at Triangle Capital LLC (www.TriangleCapitalLLC.com) where we specialize in mergers, acquisitions and capital-raising for consumer-related businesses. Our team has sold companies to Amazon, PetSmart, L'Oreal, AT&T, numerous financial buyers and many others. We are expert at maximizing value and getting investors and buyers to pay the most that a business is worth to them. We can also advise on how to position your company for the best possible outcome in a sale.

Before Triangle Capital, I was Managing Director at a boutique firm called Financo, Inc. where I ran most of that firm’s apparel industry transactions. Before that, I was a Partner and First Vice President at Drexel Burnham Lambert where I co-ran a group of 14 professionals doing middle-market mergers and acquisitions. I have coauthored three books on finance and computer programming. I am a former Adjunct Assistant Professor in the graduate program of the Stern School at NYU. I have a BS in Accounting from NYU and an MBA in Finance from Harvard. I’m based in New York.


Dogs were domesticated by the lure of an easy meal. While humans were still hunter-gatherers following herds, canine ancestors were drawn to their camps by the smell of food and followed to scavenge leftovers. When humans realized they would bark when predators were near, they began to feed them willingly. Dogs have loyally followed and protected us ever since.

The Different Types of Bulldogs &rarr

Do Dogs Have a Better Sense of Taste Than Humans? &rarr

What Are the Benefits of High-Protein Cat Food? &rarr

Leslie Carver has been a professional author since 2009. Her work appears on multiple websites. She has an associate's degree in English with progress toward her bachelor's at the University of Tennessee, Knoxville. She has been awarded an Outstanding Student Award in English and twice nominated for creative writing awards.


Where did dogs originate?

We know dogs evolved from wolves, and researchers and geneticists have extensively studied canines to try and pin down the exact moment in history when the first dog walked the Earth.

Lecture recommandée

The History of Christmas
The Great Irish Potato Famine
Boil, Bubble, Toil, and Trouble: The Salem Witch Trials

Archaeological evidence and DNA analysis make the Bonn-Oberkassel dog the first undisputed example of a dog. The remains, a right mandible (jaw), were discovered during basalt quarrying in Oberkassel, Germany in 1914. First mistakenly classified as a wolf, the Bonn-Oberkassel dog was buried with two humans around 14,220 years ago.

However, there are other theories that suggest dogs may in fact be older. For example, many experts agree that dogs started to separate from wolves starting around 16,000 years before present in Southeastern Asia. The progenitors of the dogs we know and love today may have first appeared in the regions of modern-day Nepal and Mongolia at a time when humans were still hunter-gatherers.

Additional evidence suggests that around 15,000 years ago, early dogs moved out of Southern and Central Asia and dispersed around the world, following humans as they migrated.

Hunting camps in Europe are also thought to be home to canines known as Paleolithic dogs. These canines first appeared some 12,000 years ago and had different morphological and genetic features than the wolves found in Europe at the time. In fact, a quantitative analysis of these canine fossils found that the dogs had skulls similar in shape to that of the Central Asian Shepherd Dog.

Overall, while the Bonn-Oberkassel dog is the first dog we can all agree was in fact a dog, it’s possible dogs are much older. But until we uncover more evidence, it will be difficult to know for sure exactly when dogs completely separated from their wolf ancestors.


When did the cats versus dogs rivalry begin in the US? - Histoire

Tens of thousands of years ago, during the Ice Age, a new creature appeared on Earth: the dog. Comment est-ce arrivé? And how has the relationship between humans and dogs changed over the years? Two fascinating articles tell an incredible story that connects to science, history—and of course, lots of adorable doggies.

As you read these articles, look for how dogs, and their relationships with humans, have changed over time.

How the Wolf Became the Dog

Life was tough for humans during the Ice Age. A new kind of friend made things better.

Be happy you didn’t live on Earth 35,000 years ago.

That was a time known as the Ice Age. Large sheets of ice covered much of Europe, Asia, and the Americas. There were no nations yet, no cities or towns. For many of our early human ancestors, life was a daily struggle for survival. They lived in caves or huts made of animal bones. They hunted reindeer with sharpened stones and sticks. Danger lurked everywhere—diseases with no cures, saber-toothed tigers with 11-inch fangs, elephant-like mastodons with swordlike tusks.

But it was during this harsh time that something beautiful was born: the friendship between humans and dogs.

Be glad you didn’t live on Earth 35,000 years ago.

That was a time known as the Ice Age. Large sheets of ice covered much of Europe, Asia, and the Americas. There were no nations yet, no cities or towns. Many of our early human ancestors struggled to survive. They lived in caves or huts made of animal bones. They hunted reindeer with sharpened stones and sticks. Danger was everywhere. There were diseases with no cures. There were sabertoothed tigers with 11-inch fangs. There were elephant-like mastodons with long, sharp tusks.

But during this harsh time, something beautiful was born: the friendship between humans and dogs.

Granger, NYC/The Granger Collection

Beloved ancient Egyptian hunting dogs were often turned into mummies.

Dogs have been guarding us, working with us, and snuggling with us for thousands of years. But scientists are only now starting to understand the long history of dogs. Là
are many mysteries. One thing is certain though: Every dog has the same ancestor, the gray wolf.

This does not mean that a fierce wolf suddenly and magically morphed into a yapping Chihuahua with a pink bow. The change occurred gradually, over thousands of years. Scientists speculate that the first dog appeared between 15,000 and 38,000 years ago.

At that time, many animals—including the wolf—posed a threat to humans. But at some point, a group of humans and a group of wolves teamed up. Comment est-ce arrivé?

One theory: A few wolves crept into human campsites, lured by tasty food scraps. These wolves were less aggressive than other wolves. But they still helped protect humans from dangerous predators. And so humans let these wolves stick around. The gentler wolves, their bellies full of human food, lived longer than other wolves. They gave birth to even gentler babies, which grew up to have gentle babies of their own. On and on this went, until a new, calmer breed of wolf emerged.

Dogs have been living with humans for thousands of years. But scientists are only now starting to understand the history of dogs. There are many mysteries. But one thing is certain: All dogs have the same ancestor, the gray wolf.

This does not mean that a fierce wolf suddenly morphed into a yapping Chihuahua with a pink bow. The change happened slowly. It took thousands of years. Experts speculate that the first dog appeared between 15,000 and 38,000 years ago.

At that time, many animals posed a threat to humans. Wolves were among them. But at some point, a group of humans and a group of wolves teamed up. Comment est-ce arrivé?

One theory: A few wolves crept into human campsites to eat food scraps. They were less aggressive than other wolves. But they still helped protect humans from other animals. And so the humans let them stay. The gentler wolves ate human food. This helped them live longer than other wolves. They gave birth to even gentler babies, which grew up and had gentle babies too. After a while, there was a new, calmer breed of wolf.

Archives Bettmann/Getty Images

Sergeant Stubby was the most famous dog soldier of World War I.

As the centuries passed, the wolves living near humans continued to change. Their bodies got smaller, their ears floppier. They became friendlier and more eager to please humans. Soon, a new kind of creature had developed: the dog.

Dogs were the first domesticated animals—that is, animals bred and raised to live among us. Today, there are many kinds of domesticated animals—cows that give us milk, chickens that lay eggs, horses that we ride, and sheep that provide wool. But dogs were the first.

Eventually, humans put dogs to work in new ways. Dogs became trained hunters, fighters, and animal herders. Roman warriors marched into battle alongside enormous war dogs. In ancient Egypt, some hunting dogs were so prized that they were turned into mummies and buried with their owners.

Dogs helped in less ferocious ways too. Before people used forks, spoons, and napkins, they’d wipe their greasy hands on dogs that sat by their tables. On icy winter nights, people used dogs as foot warmers. Some European kings wouldn’t take a bite of food until their dog had tasted it first. Only then could they be sure the food hadn’t been poisoned.

Centuries went by. The wolves living near humans continued to change. They got smaller. Their ears got floppier. They became friendlier and more eager to please humans. Over time, a new kind of creature developed: the dog.

Dogs were the first domesticated animals—that is, animals bred and raised to live among us. Today, there are many kinds of domesticated animals. There are cows that give us milk, chickens that lay eggs, horses that we ride, and sheep that provide wool. But dogs were the first.

Humans began putting dogs to work in new ways. They trained dogs to hunt, fight, and herd animals. Roman warriors marched into battle alongside huge war dogs. In ancient Egypt, favorite hunting dogs were turned into mummies and buried with their owners.

Dogs helped in other ways too. Before people used forks, spoons, and napkins, they’d wipe their greasy hands on dogs. On cold nights, people used dogs as foot warmers. In Europe, some kings wouldn’t eat their food until their dog had tasted it first. That way, they could tell if the food had been poisoned.

Archives Bettmann/Getty Images

Balto became a hero for delivering medicine to sick children in Alaska.

In the Americas, dogs have been working alongside humans for thousands of years. Native peoples used dogs as guards and hunting companions. George Washington plotted Revolutionary War battles with his hunting dog Sweetlips by his side. In the early 1800s, explorers Lewis and Clark journeyed across America’s western wilderness with a big black dog named Seaman.

As the centuries have passed, the bond between dogs and people has gotten stronger and stronger. And it all began tens of thousands of years ago, with a family of wolves howling across a dangerous, frozen land.

In the Americas, dogs have been helping humans for many years. Native peoples used dogs as guards and hunting companions. George Washington planned Revolutionary War battles with his hunting dog Sweetlips by his side. In the early 1800s, explorers Lewis and Clark crossed America’s western wilderness with a big black dog named Seaman.

Over time, the bond between dogs and people has grown very strong. And it all began thousands of years ago, with a family of wolves howling across a dangerous, frozen land.

How America Went DOG Crazy

Today, dogs are more than pets. They’re members of the family.

Scout, a little brown dog, seems to be going crazy. He bounces up and down like a furry ball. His tiny pink tongue flaps from his mouth as he licks everyone
in sight.

“He’s just excited,” sighs 12-year-old Ruby. “He’s toujours excited.”

Since Scout’s arrival in Ruby’s home two years ago, the dog has been an endless source of ear-splitting yaps, slobbery licks, smelly indoor puddles, and brown stains on the rug.

Nobody in Ruby’s family ever imagined that they would own such a spoiled, badly behaved little beast. Nor did the family imagine that they could love an animal as much as they love Scout.

“He’s so annoying,” Ruby moans. But then she snatches up the little dog and kisses his slimy black nose.

You can practically see Ruby’s heart melting with love.

Scout, a little brown dog, seems to be going crazy. He bounces up and down like a furry ball. His tongue flaps from his mouth as he licks everyone in sight.

“He’s just excited,” sighs 12-year-old Ruby. “He’s toujours excited.”

Scout lives with Ruby’s family. He yaps loudly. He slobbers. He leaves puddles on the floor. He stains the rug.

No one in Ruby’s home ever imagined that they would own such a spoiled, badly behaved little beast. Nor did they imagine that they could love an animal as much as they love Scout.

“He’s so annoying,” Ruby moans. But then she grabs Scout and kisses him.

You can almost see Ruby’s heart melting with love.

Granger, NYC/The Granger Collection

President Franklin D. Roosevelt was rarely seen without his terrier, Fala.

Today, nearly 50 percent of American families own at least one dog. Americans spend tens of billions of dollars on their dogs each year—on everything from veterinarian visits and grooming to gourmet treats and high-tech gadgets like doggy treadmills. A 2015 poll found that 38 percent of U.S. dog owners cook special meals for their dogs. It’s not surprising that 96 percent of owners consider their dogs to be members of the family.

Dogs have been by the sides of humans for tens of thousands of years. But until recently, dogs were mainly valued for the work they could do. They could chase foxes away from chicken coops and clear restaurant kitchens of rats. They could hunt for ducks and pull sleds over snowy hills. When fires broke out in cities, firehouse dogs cleared the way for fire wagons pulled by horses.

These hard-working dogs were too dirty and smelly to be allowed indoors. Dogs that became sick or injured either healed on their own or died most veterinarians provided care only for valuable animals, like horses and cows.

Today, nearly half of all American families own a dog. We spend tens of billions of dollars on our dogs each year. There are vet visits, grooming, gourmet treats, and more. A 2015 poll found that 38 percent of U.S. dog owners cook special meals for their dogs. It’s no surprise that 96 percent of owners think of their dogs as family members.

Dogs have been by the sides of humans for thousands of years. But until recently, dogs were mainly valued for the work they could do. They chased foxes away from chicken coops. They cleared restaurant kitchens of rats. They hunted for ducks. They pulled sleds over snow. When fires broke out in cities, firehouse dogs cleared the way for fire wagons pulled by horses.

These hard-working dogs were too dirty and smelly to live indoors. If they got sick or hurt, they healed on their own or they died. Most vets treated only animals that were seen as valuable at that time, like horses and cows.

Gabi Rona/CBS Photo Archive/Getty Images

In the ‘50s, the show Lassie helped turn dogs into all-American pets.

But by the late 1800s, that was starting to change. America was becoming wealthier. More people could afford to feed and care for a pet. New and powerful soaps scrubbed dogs clean and killed fleas. Companies started selling dog food, which made feeding a dog more convenient. Veterinarians opened offices just for treating dogs and other pets. In the 1950s, some of the most popular TV shows, like Gamine et The Adventures of Rin Tin Tin, helped turn dogs into all-American pets.

Of course, Americans have embraced other pets too. For instance, there are more cats in American homes than dogs. But humans have a uniquely powerful relationship with dogs, one that scientists are just beginning to figure out.

But by the late 1800s, that was changing. America was becoming wealthier. More people could afford to feed and care for a pet. New and powerful soaps scrubbed dogs clean and killed fleas. Companies started selling dog food, which made feeding a dog simpler. Vets opened offices just for treating pets. In the 1950s, TV shows like Gamine et The Adventures of Rin Tin Tin helped turn dogs into popular pets.

Americans love other pets too. There are more cats than dogs in American homes. But humans have a special connection with dogs. Scientists are just starting to figure out this connection.

Studies show that dogs really do improve our lives. Walking a dog several times a day improves the health of elderly people. Dogs can help kids with autism and other challenges cope with stress.

New research is helping to show the scientific basis for our connection to dogs. In 2015, Japanese researchers found that when humans and dogs gaze into each other’s eyes, something happens inside both species’ bodies. Both the human’s and the dog’s brains release a chemical that makes them feel close. This is the same chemical that helps mothers feel close to their babies.

Another study showed that when humans point to something, dogs look where we’re pointing. This shows that dogs try to understand us. Not even our closest animal relative—the chimpanzee—does that naturally.

Today, dogs help humans in many incredible ways. They lead people who can’t see. They find people who are lost. They comfort wounded soldiers.

But most dogs are like Scout, with just one main job: loving us. And for most of us, that’s enough.

Studies show that dogs make our lives better. Dog owners tend to get more exercise those daily walks make them healthier. Dogs can help kids with autism and other challenges cope with stress.

New research is helping to uncover the scientific reason for our connection to dogs. In 2015, Japanese researchers found that when humans and dogs look into each other’s eyes, something happens inside their bodies. Both the human’s and the dog’s brains release a chemical that makes them feel close. It’s the same chemical that helps mothers feel close to their babies.

Another study showed that when humans point to something, dogs look where we’re pointing. This shows that dogs try to understand us. Not even our closest animal relative, the chimpanzee, does that naturally.

Today, dogs help humans in many ways. They lead people who can’t see. They find people who are lost. They comfort wounded soldiers.

But most dogs, like Scout, have just one main job: to love us. And for most of us, that’s enough.

  • Imagine you could transform yourself into either a wolf or a dog. Which would you be? Write a paragraph explaining your choice and what time period you would like to live in. Find details in the articles, and use your imagination, to describe what your life would be like, what your daily activities might be, and what your relationship with humans would be like.
  • Watch the video "Into the World of Military Working Dogs." As you watch, make a list of all the ways dogs help soldiers. Then use your list to write a thank-you note to a military working dog for being such an important helper.
  • Imagine you could transform yourself into either a wolf or a dog. Which would you be? Write a paragraph explaining your choice and what time period you would like to live in. Find details in the articles, and use your imagination, to describe what your life would be like, what your daily activities might be, and what your relationship with humans would be like.
  • Watch the video "Into the World of Military Working Dogs." As you watch, make a list of all the ways dogs help soldiers. Then use your list to write a thank-you note to a military working dog for being such an important helper.
  • Imagine you could transform yourself into either a wolf or a dog. Which would you be? Write a paragraph explaining your choice and what time period you would like to live in. Find details in the articles, and use your imagination, to describe what your life would be like, what your daily activities might be, and what your relationship with humans would be like.
  • Watch the video "Into the World of Military Working Dogs." As you watch, make a list of all the ways dogs help soldiers. Then use your list to write a thank-you note to a military working dog for being such an important helper.
  • Imagine you could transform yourself into either a wolf or a dog. Which would you be? Write a paragraph explaining your choice and what time period you would like to live in. Find details in the articles, and use your imagination, to describe what your life would be like, what your daily activities might be, and what your relationship with humans would be like.
  • Watch the video "Into the World of Military Working Dogs." As you watch, make a list of all the ways dogs help soldiers. Then use your list to write a thank-you note to a military working dog for being such an important helper.

Synthesizing, vocabulary, text evidence, main idea, key details, tone, compare and contrast, cause and effect, text structure, explanatory writing

“How the Wolf Became the Dog” explains where dogs came from and the history of their relationship with humans. “How America Went DOG Crazy” is about how dogs became popular and beloved pets in the United States.

The first text is mainly chronological. Both texts include cause-and-effect and compare-and-contrast structures.

The articles include challenging academic and domain-specific vocabulary (e.g. ancestors, domesticated, morphed, predators), as well as figurative language like similes and rhetorical questions.

Some knowledge of dog characteristics and behavior will aid in comprehension. The articles also include historical references (George Washington, Lewis and Clark) and mention of old TV shows.

860L (on level), 650L (lower level)

Preview Text Features and Vocabulary (20 minutes)

  • Have students look at the photos and captions in both articles. Ask: What difference do you notice between the dogs featured in the first article and those in the second? (The dogs in the first article have important jobs: hunting, fighting, delivering medicine. The ones in the second article seem to be adored pets.)
  • Distribute the vocabulary activity to introduce challenging terms in the text. Highlighted terms: ancestors, mastodons, morphed, speculate, aggressive, domesticated
  • Call on a student to read aloud the Up Close box on page 16 for the class.

Read and Unpack the Text (45 minutes)

Read the articles as a class. Then put students in groups to answer the close-reading questions.

Discuss the critical-thinking question as a class.

“How the Wolf Became the Dog”

Close-Reading Questions

In the first section, the authors write that “life was a daily struggle for survival” during the Ice Age. What evidence do they give to support this statement? (text evidence) The authors explain that many early humans lived in shelters made of animal bones, hunted using simple tools, suffered from diseases with no cures, and faced threats from fierce animals like saber-toothed tigers.

According to “From Wolf to Dog,” what do scientists know for sure about the history of dogs? (main idea) Scientists know that all dogs have the same animal ancestor, the gray wolf, and that it took thousands of years for wolves to turn into the creatures we know as dogs.

What is one theory about how humans and wolves first teamed up? How did this help both species? (key details) One theory is that a group of less aggressive wolves began sneaking into human campsites to eat food scraps. This helped keep the humans safe from other dangerous predators, and helped the wolves live longer than most other wolves.

Based on “Hunters, Napkins,” what is a domesticated animal? What details in this section help you understand what makes dogs domesticated animals? (vocabulary/key details) A domesticated animal is one that has developed to live among humans, often to serve a useful purpose. The section shows that dogs are domesticated by noting that they are “eager to please humans” and that humans have used them to perform jobs like hunting, herding, and even foot-warming.

“How America Went DOG Crazy“

Close-Reading Questions

In the first section, what is the authors’ tone, or attitude, toward Scout? Why do you think they describe Scout in this way? (tone) The authors’ tone is annoyed and disapproving they describe Scout as “a spoiled, badly behaved little beast.” This description shows that his owners’ love for him is strong enough to make up for the annoyance.

Reread the section “Too Dirty and Smelly.” How is the way dogs are treated today different from the way they were treated in the past? (compare and contrast) Today, dogs are treated as important members of the family they’re pampered with treats and rushed to the veterinarian when they’re sick. But in the past, dogs were seen simply as workers. They were kept outside and not considered valuable enough to be taken for medical care.

Based on “From Workers to Pets,” how was America changing in the late 1800s? How did this affect our relationship with dogs? (cause and effect) In the late 1800s, America was becoming wealthier. More people could afford to feed and care for dogs, so dogs became more popular as pets.

Why might the authors have included the section “A Surprising Discovery”? (text structure) The authors likely included this section to help explain one of the article’s main ideas—that humans and dogs have “a uniquely powerful relationship.” Understanding the scientific basis for this relationship helps readers see why dogs are such popular pets.

Critical-Thinking Question

What is the biggest difference between why people own dogs today and why people owned dogs in the past? Use details from both articles in your answer. (synthesizing) Today, most people keep dogs as companions 96 percent of owners even consider their pet dogs to be members of the family. But in the past, people kept dogs mainly to perform jobs like hunting, herding, and fighting.


Voir la vidéo: Comme Chiens et Chats 2 Bande Annonce VF