Cullman APA-78 - Histoire

Cullman APA-78 - Histoire


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Cullman

Un comté de l'Alabama.

(APA-78 : dp. 4 247 ; 1. 426' ; n. 68'; dr. 16' ; a. 16,9 k. ;
cpl. 320 ; une. 1 6"; cl. Gilliam)

Cullman (APA-78) a été lancé le 17 novembre 1944 par Consolidated Steel Corp., Wilmington, Californie, dans le cadre d'un contrat de la Commission maritime ; parrainé par Mme G. E. Kenyon, transféré à la Marine le 24 janvier 1946 ; et commandé le lendemain, le capitaine de corvette W. B. Dell, USNR, aux commandes.

En quittant San Francisco le 23 mars 1945, le Cullman est arrivé à Pearl Harbor le 29 mars et a exercé des fonctions de formation et de transport inter-îles jusqu'au 6 juillet, date à laquelle il a navigué pour San Diego. L'embarquement des troupes et de la cargaison Cullman a navigué le 20 juillet pour des escales à Eniwetok et Ulithi sur son chemin vers la Baie de Batangas, Luzon, en arrivant le 20 août. Elle a chargé des troupes d'occupation, a débarqué ses passagers militaires à la Baie de Tokyo du 2 au 4 septembre et est arrivée à Okinawa le 7 septembre.

Cullman a fait un voyage à Guam, puis a débarqué des Marines à Taku Bar, en Chine, pour la réoccupation du nord de la Chine entre le 30 septembre et le 6 octobre. Naviguant via Manille, elle a levé les troupes chinoises de Hong Kong à Taku et Tsingtao en deux voyages du 24 octobre au 21 novembre, puis a embarqué des militaires rentrant chez eux à Manille pour San Francisco, arrivant le 16 décembre 1945. Après un autre tel "Magic Carpet " voyage à Okinawa entre le 10 janvier et le 15 février 1946, Cullman est retourné à San Fransisco où il a été désarmé le 22 mai 1946 et transféré à la War Shipping Administration le 30 juin 1946 pour élimination.


L'échauffement asiatique à la guerre froide

Le déploiement d'importantes forces de la marine et de la marine américaine en Chine de 1945 à 1949 est une tranche d'histoire que la plupart des Américains connaissent peu, mais il a eu un impact significatif sur le début de la guerre froide en Asie. 1

Lorsque les navires de guerre de la marine américaine ont remonté le fleuve Yangtze jusqu'à Shanghai en août 1945, après une absence de quatre ans en temps de guerre, ils ont trouvé une Chine dans la tourmente. La République de Chine du généralissime Chiang Kai-shek, dévastée par l'agression et l'occupation brutale du Japon pendant la Seconde Guerre mondiale, a été confrontée à une désintégration économique, sociale et politique. Les communistes de Mao Tsé-toung, ennemis de longue date du gouvernement central, contrôlaient de vastes étendues du pays et défiaient le régime de Chiang.

Aux États-Unis, l'administration du président Harry S. Truman craignait en août 1945 que l'Armée rouge du Premier ministre soviétique Joseph Staline et les forces de Mao comblent le vide en Asie du Nord-Est créé par le rapatriement des troupes japonaises vaincues. Les forces soviétiques avaient déjà pris d'assaut la Mandchourie et se dirigeaient vers le nord de la Corée. Sous la pression de Moscou, Chiang a accepté le contrôle soviétique des principaux chemins de fer et ports commerciaux en Mandchourie et la base de navires de guerre soviétiques à Lushun (anciennement la base navale de Port Arthur). Le lendemain de l'entrée en guerre des Soviétiques contre le Japon en août, Mao a secrètement ordonné à ses forces d'occuper des villes du nord de la Chine et de désarmer les troupes japonaises là-bas. Pour ces raisons, et malgré l'alliance des États-Unis en temps de guerre avec l'Union soviétique, les hauts responsables américains se méfiaient à la fois de Staline et de Mao.

Washington a donc chargé le général d'armée Douglas MacArthur, le commandant suprême des Alliés, de contrer ces mouvements communistes en déployant des forces américaines dans le sud de la Corée et le nord de la Chine. De plus, le 17 août, le président approuva l'ordonnance générale n° 1, stipulant que les forces japonaises en Chine se rendraient uniquement au gouvernement de Chiang, et non aux communistes. Peu de dirigeants américains considéraient cette action inappropriée, étant donné que la Chine avait combattu aux côtés des autres grandes nations alliées pendant la guerre et qu'il était généralement admis que la République de Chine était le gouvernement légitime du pays. L'amiral William D. Leahy, conseiller militaire en chef du président Truman, et l'amiral Ernest J. King, commandant en chef de la flotte américaine et chef des opérations navales, avaient une opinion généralement positive de Chiang en raison de leur interaction en temps de guerre avec le généralissime.

Sur la base de leur idéologie communiste et de leur compréhension historique, cependant, Mao et ses lieutenants avaient une vision totalement différente de la légitimité de Chiang et du déploiement militaire américain. Depuis 1927, les communistes menaient une guerre civile sanglante contre les forces nationalistes de Chiang. Les communistes croyaient également que la Chine avait souffert de centaines d'années d'exploitation par des puissances étrangères. Les souvenirs des forces militaires et navales étrangères écrasant la rébellion des Boxers de 1900, occupant les principales villes du pays et contrôlant ses principaux fleuves étaient frais dans leur esprit. Mao était aussi un fervent marxiste-léniniste. Il a informé ses subordonnés que « le monde d'après-guerre est devenu un État dans lequel les réactionnaires américains sont hostiles aux peuples du monde. En Chine, c'est la même chose. Ainsi, notre lutte en Chine est étroitement liée à la lutte politique dans le monde. 2

La marine américaine retourne en Chine

En 1945, les chefs militaires américains ignoraient généralement l'antipathie envers l'Occident parmi les communistes de Mao. À la fin de l'été de cette année-là, la 7e flotte de l'amiral Thomas C. Kinkaid a transporté des troupes de l'armée américaine en Corée et a ensuite déplacé la 1re division de marines d'Okinawa à Tientsin, au sud-est de Pékin, l'actuelle Pékin. Une opération ultérieure a déployé la 6e division de marines dans d'autres endroits du nord de la Chine.

Comme indiqué dans le plan d'opération 13-45 du 26 août 1945, Kinkaid a établi cinq groupes de travail majeurs pour gérer les opérations dans le Pacifique occidental :

• Task Force 71, la North China Force avec 75 navires

• La Task Force 72, la Fast Carrier Force, chargée de fournir une couverture aérienne aux Marines débarquant

• Task Force 73, la Yangtze Patrol Force avec 75 autres combattants

• La Task Force 74, la South China Force, a ordonné de protéger le transport des troupes nationalistes japonaises et chinoises de cette région, et

• La Force opérationnelle 78, la Force amphibie, chargée du déplacement du IIIe Corps amphibie des Marines vers la Chine. la grande muraille de Chine.

Le 16 septembre Kinkaid, embarqué en dragueur de mines YMS-49, atteint Shanghai où il établit le quartier général de la 7e flotte. Il a également rencontré le plus haut commandant du théâtre de l'armée américaine en Chine, le lieutenant-général Albert C. Wedemeyer, l'ambassadeur américain Patrick J. Hurley et tous les autres hauts responsables et chefs militaires américains et chinois. Le 20 septembre, Kinkaid s'est envolé pour Chungking, alors capitale de la République de Chine, et a rencontré Chiang et sa charmante épouse de renommée internationale, Madame Chiang. Ils ont fêté et loué l'amiral américain et l'ont informé que la marine américaine était la bienvenue partout en Chine.

Malgré ces festivités, la 7e flotte n'a pas eu beaucoup de répit dans les mois qui ont suivi la guerre. Kinkaid a écrit à sa femme que « la Marine ici est comme un cirque à cinq anneaux. La 7e flotte a débarqué l'armée en Corée, les Marines à [Tientsin], une autre force marine [la 6e division de marine] débarquera à un autre endroit à une date rapprochée, et nous sommes sur le point de commencer le mouvement de plusieurs armées chinoises à partir de un point à un autre. 3

La situation en Chine est devenue très tendue. Les Marines du 3e Corps amphibie des Marines du major-général Keller E. Rockey, déployés par la 7e Flotte à Pékin, Tientsin et dans d'autres centres de population du nord de la Chine, se sont retrouvés dans un nid de frelons d'intrigues politiques. La politique étrangère des États-Unis exigeait que les forces de la Marine et de la Marine soutiennent le gouvernement légalement constitué de Chiang, mais évitent le conflit interne chinois, une tâche impossible. La 7e flotte a déployé des Rockey's Marines dans certaines zones déjà occupées par les troupes de Mao, qui n'aimaient pas l'intrusion.

Dans certains cas, les commandants de la 7e flotte ont fait preuve de bon sens pour mener à bien leurs missions tout en évitant de s'impliquer dans la guerre civile chinoise. Le subordonné de Kinkaid, le vice-amiral Daniel Barbey, par exemple, a décidé que cela n'avait aucun sens de débarquer des Marines au port de Chefoo sur la côte nord de la péninsule du Shandong face à l'opposition des forces communistes locales. Barbey, soutenu par le général Rockey, a estimé qu'en l'absence de prisonniers de guerre ou de troupes japonaises dans la région nécessitant un rapatriement, et les communistes gérant l'administration civile du port, il n'était pas nécessaire de forcer la question. Au lieu de cela, la Marine a débarqué les Marines à Tsingtao sur le côté sud de la péninsule.

La 7e flotte a transporté des armées nationalistes chinoises entières vers le nord de la Chine et la Mandchourie à l'appui des efforts de Chiang pour rétablir le contrôle du gouvernement sur toute la Chine. La raison déclarée de la mission était de remplacer les Marines américains en Chine du Nord et les troupes soviétiques en Mandchourie par des troupes gouvernementales chinoises - comme le prévoient les accords alliés - prendre la reddition des forces japonaises, puis transporter ces dernières au Japon. Les Américains comprirent cependant que ces actions empêcheraient les communistes chinois de prendre pied dans ces régions. Les communistes l'ont compris aussi et ont bloqué le débarquement des troupes nationalistes à Hulutao et Ying Kou. La Marine a débarqué les unités plus au sud à Chinhuangtao.

En octobre 1945, la Marine a élargi la zone d'opérations de la 7e flotte pour inclure le golfe du Tonkin au large de l'Indochine française aussi loin au sud que le 16e parallèle. Fin octobre et début novembre 1945, des dragueurs de mines américains ont nettoyé les eaux autour de Haiphong. Simultanément, 28 navires de guerre embarquèrent les 23 000 soldats de la 52e armée nationaliste et les livrèrent au nord de la Chine. Entre mars et mai 1946, la 7e flotte a transporté des dizaines de milliers de soldats nationalistes du Tonkin et du sud de la Chine vers le nord. 4

Reconnaissant que les responsabilités navales en Chine, et maintenant en Indochine, dépendraient davantage de la diplomatie que de la guerre dans la période d'après-guerre, le 8 janvier 1946, la Marine a nommé un amiral, Charles M. Cooke Jr., comme commandant de la 7e flotte et les suivants Janvier a rebaptisé son poste de commandant des forces navales américaines, Pacifique occidental. Pour s'acquitter de leurs responsabilités, les forces de Cooke opéraient normalement à partir des ports de Shanghai et de Tsingtao avec une division de croiseurs, trois divisions de destroyers, un groupe amphibie et un petit nombre de navires logistiques.

Tsingtao, siège de la 7e flotte

Au cours des quatre premières années de la guerre froide, la 7e flotte a appelé la base navale de Tsingtao chez elle. Le port avait servi d'avant-poste d'Extrême-Orient à la marine allemande jusqu'à ce qu'une force japonaise s'en empare au début de la Première Guerre mondiale. Le 11 octobre 1945, les navires de la flotte débarquent la 6e division de marine à Tsingtao et peu de temps après le nouveau commandant de la 7e flotte, Le vice-amiral Barbey a créé le Centre d'entraînement de la marine chinoise pour préparer les marins chinois nationalistes. En 1946, les commandants de la 7e flotte considéraient Tsingtao comme le principal mouillage de la flotte en Chine, avec des responsabilités pour former les marins chinois, leur transférer les navires et les embarcations excédentaires et gérer un aérodrome.

En 1947, les forces communistes de Mao sont devenues de plus en plus hostiles envers les Marines stationnés dans le nord de la Chine et le personnel naval de Tsingtao. En juin, les troupes de Mao ont tiré sur le navire de réparation USS Livrer (ARS-23) travaillant au sauvetage d'un ponton à la dérive près du port. Soutenu en couvrant le feu de la Livrer et le destructeur Benner (DD-807) - dont le but était de « décourager et chasser plutôt que blesser les assaillants » - une équipe de débarquement du destroyer Hawkins (DD-873) a récupéré le ponton.

Deux mois plus tard, le mauvais temps a forcé un pilote de Marine à atterrir sur un territoire contrôlé par les communistes près de Tsingtao, et les troupes de Mao ont échangé des tirs avec une équipe de débarquement de Marines du croiseur lourd. Saint Paul (CA-73) et les marins du destroyer Tucker (DD-875) envoyé pour le récupérer. Pour éviter toute escalade de la situation, les Américains ont détruit l'avion et se sont retirés. Les communistes ont libéré le jeune aviateur naval, mais seulement après de longues et longues négociations avec des diplomates américains.

En décembre 1947, les communistes ont abattu un Marine et capturé quatre autres à l'extérieur de la base et ne l'ont admis qu'en février 1948, avec une demande que les États-Unis retirent leurs forces de Tsingtao et cessent d'aider Chiang. Ce n'est qu'en avril que les hommes capturés et le corps du Marine tué ont été remis à la garde des États-Unis.

Même face à de telles hostilités, Tsingtao était devenu un endroit très fréquenté à la fin des années 1940. Les navires de guerre qui y opéraient comprenaient les navires phares en alternance Eldorado (AGC-11) et Estes (AGC-12) porte-avions Forge de la Vallée (CV-45) et Antiétam (CV-36) navire-hôpital Repos (AH-16) et une multitude de croiseurs, sous-marins, destroyers, navires amphibies et auxiliaires.

La lutte nationaliste-communiste

Le déploiement du IIIe Marine Amphibious Corps dans le nord de la Chine est devenu de plus en plus intenable entre 1946 et 1948. Une tentative en 1946 du général George C. Marshall, chef d'état-major de l'armée de guerre, de négocier un gouvernement de coalition nationaliste-communiste a échoué et les hostilités se sont considérablement intensifiées. peu de temps après. Sachant que la marine américaine et le corps des marines déployaient des divisions nationalistes dans le nord de la Chine et fournissaient aux forces de Chiang un entraînement et du matériel de guerre, les communistes ont riposté. Les troupes de Mao ont tendu une embuscade aux postes de garde et aux convois du III Marine Amphibious Corps, tuant et blessant des Marines.

Face à cette hostilité et parce qu'il croyait que les États-Unis devaient ouvertement se ranger du côté du gouvernement nationaliste, Cooke, soutenu par ses supérieurs navals à Washington, a appelé à augmenter le contingent de Marines à Tsingtao de 2 000 à 6 000 et à conserver la base pour le Marine quel que soit le cours de la guerre civile chinoise. Cooke considérait la présence de la Marine là-bas comme un contrepoids aux forces navales de l'Union soviétique au nord à Lushun. En outre, les dirigeants de la Marine ont exprimé leur indignation face à la brutalité de Mao contre ses ennemis internes, y compris les chrétiens chinois, l'acceptation de l'aide militaire soviétique et les mauvais traitements infligés aux diplomates américains.

Cependant, l'administration Truman, en particulier le département d'État, a commencé à considérer la cause de Chiang comme perdue et a donc rejeté les propositions de l'amiral. Washington a ordonné la réduction des forces maritimes dans le nord de la Chine et un éventuel retrait de Chine. À la fin de 1946, les forces marines avaient été retirées de l'intérieur (à l'exception de Pékin) et concentrées dans les principaux ports.

Expansion opérationnelle des États-Unis en Asie du Sud-Est

Au cours des cinq années qui ont suivi la Seconde Guerre mondiale, le commandant de la 7e flotte, opérant depuis la Chine, a essentiellement servi d'ambassadeur des États-Unis en Asie du Sud-Est. L'administration Truman voulait augmenter la présence américaine pour soutenir les gouvernements luttant contre les mouvements communistes qui ont fait surface aux Philippines, en Malaisie et en Indochine française. Les dirigeants de la marine voulaient également se tailler une zone opérationnelle qui ne relevait pas du commandement en Extrême-Orient du général MacArthur, dont le siège est au Japon, ils ont donc de plus en plus envoyé des navires de guerre lors de visites portuaires en Asie du Sud-Est.

Les porte-avions Antiétam et Boxeur (CV-21), croiseur léger Topeka (CL-67) et sept destroyers étaient invités au large de Manille lorsque les Philippines ont célébré leur indépendance des États-Unis le 4 juillet 1946. En mars 1947, l'amiral de la flotte Chester W. Nimitz, chef des opérations navales, a ordonné à Cooke de commencer à « montrer son drapeau à Singapour et d'autres points dans cette direction. 5 Le 8 novembre 1947, Task Group 70.7, avec le navire amiral Estes, croiseur léger Atlanta (CL-104) et les destroyers Rupertus (DD-851) et le maçon (DD-852), a quitté Tsingtao pour une croisière prévue de 30 jours vers l'Asie du Sud-Est. Les navires, avec Cooke embarqué, ont fait des escales à Hong Kong, Singapour, Brunei, Manille, Subic Bay et Keelung à Taïwan, retournant à Tsingtao début décembre. 6

Fin 1947, sous la direction de Washington, Cooke envoya le transport d'attaque Renville (APA-227) aux Indes orientales néerlandaises au large de l'île de Java pour accueillir les négociations entre les responsables néerlandais et les dirigeants indépendantistes indonésiens. Le 17 janvier 1948, les parties ont signé un document appelé par la suite l'Accord de Renville qui, bien que de courte durée, a démontré l'intérêt des États-Unis à assurer la paix en Asie du Sud-Est. 7

Triomphe des communistes de Mao

Bien que douteuse des perspectives du gouvernement de Chiang et de l'effort de guerre, tout au long de 1948 et 1949, l'administration Truman a en fait augmenté l'aide militaire à la République de Chine. À la suite de la China Aid Act de 1948 et d'autres programmes, les États-Unis ont fourni 400 millions de dollars d'aide économique et militaire et ont transféré 165 navires de guerre excédentaires à la marine nationaliste. La marine américaine et les autres services armés ont établi des programmes pour former les forces nationalistes à l'utilisation d'armes et d'équipements de fabrication américaine.

Le successeur de Cooke, le vice-amiral Oscar C. Badger, a dirigé la 7e flotte rétablie (identifiée comme la 7e flotte opérationnelle en 1948 et 1949) jusqu'en août 1949. Badger partageait avec Cooke la conviction qu'il était important de conserver Tsingtao, dont le centre d'entraînement naval avait diplômé plus de 3 000 officiers nationalistes et enrôlé des hommes au début de 1948. Cette année-là, Badger proposa la création d'une force de défense conjointe américano-nationaliste pour la base parce qu'il considérait qu'il était temps de « tenir bon, contre vents et marées » contre les communistes. . 8 L'administration Truman a jugé l'idée peu judicieuse et l'a annulée.

Le soutien américain au gouvernement de Chiang n'a pas fait grand-chose pour endiguer la marée communiste sur le continent. À la mi-1949, les troupes de Mao avaient vaincu les armées nationalistes les unes après les autres, occupé toute la Mandchourie et le nord de la Chine et avaient traversé le large fleuve Yangtze jusqu'au sud de la Chine. Chiang et ses disciples restants ont fui vers Taïwan et de nombreuses autres îles le long de la côte.

Reconnaissant qu'il était peu probable que les communistes victorieux accueillent favorablement la présence continue de la 7e flotte à Tsingtao, l'administration Truman a finalement ordonné son évacuation. Badger a suggéré la relocalisation des installations de la flotte et du centre d'entraînement naval à Taïwan, mais la proposition est devenue une autre proposition que le département d'État a rejetée. Fondamentalement, l'administration Truman avait décidé de se laver les mains de la situation chaotique en Chine. Au printemps 1949, Badger a supervisé le redéploiement de la force de défense des Marines à Tsingtao vers Guam et le Japon et a déplacé tout le personnel naval à bord de navires de guerre dans le port. Enfin, le 25 mai, la 7e flotte a navigué vers la mer, clôturant un chapitre dramatique de l'histoire de la guerre froide de la Marine.

En juillet 1949, Mao a annoncé un « penché à un côté » (le côté soviétique) dans la confrontation croissante américano-soviétique. Le 1er octobre 1949, après avoir conquis la Chine continentale, le leader révolutionnaire se tenait sur la place Tiananmen de Pékin et annonçait la formation de la République populaire de Chine (RPC). En février 1950, la RPC et l'Union soviétique ont signé un traité d'amitié, d'alliance et d'assistance mutuelle de 30 ans.

Les dividendes de l'expérience

Par conséquent, ce que les dirigeants navals américains craignaient depuis 1945 s'était réalisé. Mais l'expérience en Chine avait instruit une génération d'officiers sur la nature de la lutte idéologique et de pouvoir avec les communistes en Asie. Ils ont été témoins d'attaques communistes qui ont tué et blessé des Marines et des marins américains. Ils ont mieux compris le lien entre la révolution de Mao en Chine et les mouvements marxistes-léninistes dans toute l'Asie du Sud-Est. En 1950, les dirigeants navals qui guideraient la stratégie et les opérations militaires américaines en Extrême-Orient pendant le reste de la décennie avaient une meilleure appréciation de la menace pour les intérêts américains.

De plus, les efforts de l'armée américaine en Chine ont semé les graines du succès ultérieur des forces armées nationalistes. Le bras naval de Chiang ne s'est pas couvert de gloire dans la lutte avec les communistes pour le continent. Et les marins de certains des navires que les États-Unis et la Grande-Bretagne avaient fournis ont rapidement fait défection, prenant leurs navires du côté communiste. Mais en partie à cause du matériel et de la formation américains fournis à Tsingtao et ailleurs, en 1949 et au début des années 1950, l'armée de Chiang a commencé à montrer des promesses.

En 1949, les défenseurs nationalistes de l'île de Quemoy (Jinmen) au large du port d'Amoy (Xiamen) ont vaincu un assaut amphibie et tué ou capturé plus de 10 000 soldats communistes. Mao considérait la débâcle de Quemoy comme « la perte la plus grave de la guerre de libération ». 9 L'Armée populaire de libération s'empara ensuite de l'île de Hainan au sud de la Chine en avril 1950, mais pas avant que la marine et l'aviation nationalistes n'aient fait payer un tribut sanglant aux envahisseurs. Les communistes ont échoué de manière significative à empêcher l'évacuation par voie maritime de 66 000 soldats nationalistes de l'île vers Taïwan. Ces succès nationalistes, aussi nuancés soient-ils, ont conduit Mao à reporter une invasion de Taiwan prévue en 1950. Le déclenchement de la guerre de Corée en juin 1950 et le déploiement de la 7e flotte dans le détroit de Taïwan ont définitivement mis fin à ce plan.


Fin de l'Empire100 jours en 1945 qui ont changé l'Asie et le monde.

Des troupes de la 13e armée nationaliste débarquent de l'USS Cullman (APA-78) à Chinhuangtao, en Chine, en octobre 1945. C'est l'un des nombreux navires de transport qui s'est vu refuser l'accès à Port Arthur tout au long du mois de septembre 1945

Deux amiraux américains dont le transport des troupes chinoises a été frustré par les tactiques soviétiques étaient Daniel E. Barbey (à gauche) et Thomas C. Kinkaid. Malgré les demandes chinoises répétées, ils ont refusé d'impliquer les États-Unis dans la guerre civile en développement en Chine en débarquant des troupes du KMT dans une zone de conflit (Avec l'aimable autorisation des Archives nationales des États-Unis)

Bien que les efforts des États-Unis pour soutenir les nationalistes chinois via le transport de troupes aient parfois été contrecarrés par les forces communistes, les États-Unis ont continué à soutenir les nationalistes d'autres manières, notamment en fournissant du matériel militaire. Montré ici : un char Sherman chinois, parmi les premiers d'un grand nombre.

Profitant de plusieurs articles vaguement écrits dans le traité d'amitié sino-soviétique, signé avec le gouvernement nationaliste le 14 août 1945, l'Union soviétique est activement intervenue dans la guerre civile chinoise en bloquant l'accès international aux principaux ports de Mandchourie, aidant ainsi à faire pencher l'armée équilibre en faveur des communistes. L'aide soviétique a assuré que les communistes chinois ne feraient jamais face à une attaque combinée terre-mer de l'armée et de la marine nationalistes. Cela a permis à l'Armée populaire de libération d'encercler et de détruire les troupes nationalistes de manière séquentielle.

Lors des pourparlers qui ont précédé la conférence de Yalta en février 1945, Joseph Staline a promis à W. Averell Harriman, l'ambassadeur des États-Unis à Moscou, qu'il « soutiendrait la politique de la porte ouverte de l'Amérique » soutenant la souveraineté et l'intégrité territoriale de la Chine. Au moment de la signature de l'accord le 11 février 1945, Staline avait toutefois convaincu Franklin D. Roosevelt et Winston Churchill d'accorder à l'URSS une position « prééminente » en Mandchourie. Cela était largement compris comme signifiant « en ce qui concerne les autres puissances, pas envers la Chine ». Cette interprétation dépassait largement les termes de Yalta.

Les négociations sino-soviétiques aboutissant au traité d'amitié et d'alliance sino-soviétique ont convenu que Port Arthur (en chinois Lüshun) serait entièrement sous contrôle soviétique tandis que l'administration de la ville de Dairen (Dalian) serait divisée, avec l'URSS exerçant le contrôle sur ce port stratégique qu'en temps de guerre. Cependant, lorsque le gouvernement soviétique a refusé de rendre le contrôle de Dairen à la Chine à l'automne 1945, Moscou a affirmé que sans traité de paix signé avec le Japon, le port continuait de relever de l'"administration militaire de la base navale de Port Arthur" et il "voyait aucune base pour un changement de régime.

Le gouvernement nationaliste a dénoncé à plusieurs reprises l'interprétation de Moscou, arguant que ces termes étaient basés sur des mesures de précaution contre la réémergence possible d'un Japon agressif et non comme un moyen de favoriser une concurrence agressive entre la Chine et l'Union soviétique. Lorsque la marine nationaliste a tenté de débarquer des troupes dans le port alternatif de Newchwang, l'URSS a déjoué ce plan tout en s'en tenant à la lettre de leur accord. Les Russes se sont retirés de Newchwang, qui était alors occupé par les forces de guérilla communistes chinoises. Les autorités russes ont alors informé le gouvernement chinois qu'elles ne pouvaient garantir une arrivée sûre des troupes nationalistes.

Soit en refusant directement l'accès aux navires nationalistes, soit en permettant à certains ports de tomber entre les mains des communistes, l'Union soviétique a effectivement stoppé le flux de troupes nationalistes par mer vers bon nombre des zones les plus stratégiques de la Mandchourie. La marine des États-Unis était impuissante à aider car, en vertu de l'ordre général n ° 1, l'accès aux ports était limité au pays chargé d'accepter la capitulation japonaise. Par conséquent, les États-Unis ne pouvaient pas intervenir pour aider les nationalistes dans la guerre civile chinoise.

La victoire communiste en Mandchourie, qui a été la première étape de la prise du pouvoir dans toute la Chine continentale, peut donc être attribuée en grande partie à la politique de refus de la mer de l'URSS à Port Arthur, Dairen et le long du littoral mandchou. (Voir aussi Elleman 2008.)

Bruce A. Elleman est professeur William V. Pratt d'histoire internationale, US Naval War College

Carte : La défaite des forces nationalistes dans la guerre civile chinoise peut en partie s'expliquer par un déni soviétique habile de la puissance maritime américaine dans les eaux du nord de la Chine (NIAS Press 2016)

Averell Harriman, l'ambassadeur des États-Unis en Union soviétique, deviendra plus tard influent dans la formulation de la politique étrangère américaine de la guerre froide.

Bien que le traité d'amitié sino-soviétique interdise la coopération entre l'Union soviétique et les communistes chinois, la retraite soviétique a laissé un territoire ouvert que les forces de Mao ont rapidement rempli. Cette photo non datée montre des soldats communistes chinois se dirigeant vers la Mandchourie.


Cullman APA-78 - Histoire

L'USS Cullman, un transport d'attaque de classe Gilliam de 4 247 tonnes, a été construit à Wilmington, en Californie, et mis en service en janvier 1945. Il a quitté San Francisco en mars pour Pearl Harbor, où il a effectué des missions d'entraînement et de transport inter-îles. En juillet elle a navigué pour San Pedro, où elle a embarqué des troupes et une cargaison pour Eniwetok, Ulithi et Luzon.

En arrivant aux Philippines après la capitulation japonaise, Cullman a chargé des troupes d'occupation de l'armée, qu'elle a livrées à la baie de Tokyo en septembre. Après des escales à Okinawa et Guam, il débarqua des Marines à Taku Bar, en Chine, en septembre et octobre pour la réoccupation du nord de la Chine. Au cours de deux voyages en octobre et novembre, il a levé les troupes chinoises de Hong Kong à Taku et Tsingtao. Elle a ensuite effectué deux voyages "Magic Carpet", renvoyant un chargement de militaires de retour à San Francisco depuis Manille en décembre 1945 et un autre d'Okinawa en février 1946. Cullman a été désarmé à San Francisco en mai 1946. En juillet, il a été rayé de la liste de la Marine. et retourné à la Commission maritime. Mis en réserve, il est vendu à la casse en août 1965.

Cette page présente notre seule vue de l'USS Cullman (APA-78).

Si vous souhaitez des reproductions à plus haute résolution que l'image numérique présentée ici, consultez : "Comment obtenir des reproductions photographiques."

Cliquez sur la petite photo pour afficher une vue plus grande de la même image.

Dans la baie de San Francisco, Californie, entre décembre 1945 et février 1946.
Elle renvoie des troupes du Pacifique occidental aux États-Unis dans le cadre de l'opération "Magic Carpet".

Don du maître de manœuvrier de première classe Robert G. Tippins, USN (retraité), 2003.


Contenu

Départ de San Francisco le 23 mars 1945, Cullman est arrivé à Pearl Harbor le 29 mars et a exercé des fonctions de formation et de transport inter-îles jusqu'au 6 juillet quand elle a navigué pour San Diego. Embarquement des troupes et du fret Cullman a navigué le 20 juillet pour des escales à Eniwetok et Ulithi sur son chemin vers la Baie de Batangas, Luzon, en arrivant peu de temps après la fin des hostilités le 20 août. Elle a chargé des troupes d'occupation, a débarqué ses passagers militaires à la Baie de Tokyo du 2 au 4 septembre et est arrivée à Okinawa le 7 septembre.

Transporter les troupes d'occupation

Cullman a fait un voyage à Guam, puis a débarqué des Marines à Taku Bar, en Chine, pour la réoccupation du nord de la Chine entre le 30 septembre et le 6 octobre. Naviguant par Manille, elle a levé les troupes chinoises de Hong Kong à Taku et Tsingtao en deux voyages du 24 octobre au 21 novembre.

Opération Tapis Magique

Cullman a ensuite rejoint l'Opération Tapis Magique, l'opération géante chargée de ramener les militaires de retour aux États-Unis pour qu'ils soient renvoyés. Elle a embarqué des militaires rentrant chez elle à Manille pour San Francisco, arrivant le 16 décembre 1945. Elle a fait un deuxième voyage "Magic Carpet" à Okinawa entre le 10 janvier et le 15 février 1946.

Déclassement

Cullman puis est revenu à San Francisco où il a été désarmé le 22 mai 1946 et transféré à la War Shipping Administration le 30 juin 1946 pour élimination. Elle a été vendue à la ferraille en août 1965.


Quoi Cullman les dossiers de famille trouverez-vous?

Il y a 3 000 enregistrements de recensement disponibles pour le nom de famille Cullman. Comme une fenêtre sur leur vie quotidienne, les dossiers de recensement Cullman peuvent vous dire où et comment vos ancêtres travaillaient, leur niveau d'éducation, leur statut d'ancien combattant, etc.

Il y a 1 000 dossiers d'immigration disponibles pour le nom de famille Cullman. Les listes de passagers vous permettent de savoir quand vos ancêtres sont arrivés aux États-Unis et comment ils ont effectué le voyage - du nom du navire aux ports d'arrivée et de départ.

Il y a 566 dossiers militaires disponibles pour le nom de famille Cullman. Pour les vétérans parmi vos ancêtres Cullman, les collections militaires fournissent des informations sur l'endroit et le moment où ils ont servi, et même des descriptions physiques.

Il y a 3 000 enregistrements de recensement disponibles pour le nom de famille Cullman. Comme une fenêtre sur leur vie quotidienne, les dossiers de recensement Cullman peuvent vous dire où et comment vos ancêtres travaillaient, leur niveau d'éducation, leur statut d'ancien combattant, etc.

Il y a 1 000 dossiers d'immigration disponibles pour le nom de famille Cullman. Les listes de passagers vous permettent de savoir quand vos ancêtres sont arrivés aux États-Unis et comment ils ont effectué le voyage - du nom du navire aux ports d'arrivée et de départ.

Il y a 566 dossiers militaires disponibles pour le nom de famille Cullman. Pour les anciens combattants parmi vos ancêtres Cullman, les collections militaires fournissent des informations sur l'endroit et le moment où ils ont servi, et même des descriptions physiques.


Cullman APA-78 - Histoire

Sentiers généalogiques du comté de Cullman, Alabama

Cullman, Alabama

L'état de la colonie allemande de Cullman est illustré par la déclaration suivante de son fondateur, John G. Cullman, Esq. : Les premiers colons sont arrivés dans cette colonie, le 28 mai 1873, et se composaient de cinq familles. En janvier 1874, le nombre était passé à 130 familles, et nous avons aujourd'hui près de 500 familles, dont. 130 vivent en ville, et les autres sont dans des fermes à la campagne. Dans la ville, où tout était bois lorsque nous sommes arrivés ici, 142 bâtiments ont été érigés. Nous avons une usine de meubles, (Southern Novelty Works), une usine de wagons, une usine de cigares, une usine d'armes à feu, un moulin à farine à vapeur, des scieries, une tannerie, cinq magasins qui gardent tout ce qui est nécessaire à la vente et font une grande entreprise, en rachetant tous les produits qui arrivent sur ce marché, trois bons hôtels, une pharmacie, des médecins et des représentants de tous les métiers. Les cinquante premières familles, à quelques exceptions près, étaient des gens pauvres et ont agi comme des pionniers en coupant les rues et en améliorant la ville. Ils étaient employés par moi-même et payaient 1,50 $ par jour. This was of material assistance to settlers in the beginning. These people entered government land, and their farms are worth from $1,000 to $2,500 to day. Before the settlement of this colony the land here had hardly any value, and could be bought at from 121/2 to 25 cents an acre today the average price is $3.00, and near town is sold at from $10.00 to $15.00. Old farms, that were offered when the settlement was begun for $300.00, were sold a year following for $1,250.00, and others, offered for $700.00, sold for $1,800.00, and so on over 100 old farms have already passed into the hands of new settlers. The whole territory, which forms the Colony of Cullman was not worth over $250,000.00, to-day it is worth $3000,000. Section 15, which formerly paid $2.40 taxes, now pays about $1,200.00. Wheat, corn, rye, barley, oats, potatoes, hops, and all the products of the South and East, are raised here. Particular attention is being paid to grape culture, and with good success. The product of one acre of grape vines, in this the second year of its growth, amounts to $500.00. It is safe to assume that, with a full crop, each vine will produce 50 cents worth of grapes, and, as from 1200 to 1600 can be planted on an acre, they will bring, at least, from $600.00 to $800.00.( written by) JOHN G. CULLMAN.

A contract was entered into by the rail road company with John G. Cullman, Esq., in the fall of 1872, for the sale and settlement of the alternate sections of land granted by Congress to aid in the construction of this rail road, and included in the area lying around the present town of Cullman, of 20 by 30 miles. Mr. Cullman selected this locality on account of the peculiarity of climate and soil, and the almost entire absence of old settlers ,and the consequent availability of the entire body of even or reserved sections of land for the purpose of entry and settlement under the homestead laws of the United States. He had here under his influence and disposal over half a million acres of unoccupied lands, not rich, as the records in this book will show, when compared with other soils in Alabama, but with peculiarities of climate, soil and surroundings exactly suited, as I find now, for the establishment of a colony of German laboring people. The soil of this mountain plateau, about one hundred miles long from east to west and thirty miles wide from north to south, comes from and lies on the lower strata of the coal formations of this State, and is peculiar to this section and differs in its constituent elements from any of the other soils in the State. The strata or rocks of the upper coal measures produce the top soils in the remainder of the coal regions of Alabama. My knowledge of the analyses and natures of soils is not sufficient to enable me to point out wherein these soils differ. But there is a difference, and the difference depends upon the character of the exact strata that happens, in any given locality, to be on top, or to constitute the surface of the earth. Mr. Cullman and those in this colony imagine that they have here soils peculiarly and specially adapted to grape culture. In my travels through this section, before and since the war, I found the old settlers scattered here and there raising everywhere good crops of corn, wheat and cotton. To an indifferent observer the soils all looked alike, but to the practiced eye of these old farmers there was a difference, depending, as I have since found out, on the geological conditions above stated. The difference is but a shade over this whole area, it is true, and though it may have no influence on grape, or cotton, or fruit culture &mdash -and I think it will not &mdash it will always appear in the cultivation of the cereals. In my recent visit to this colony, made entirely with a view of obtaining exact information as to its status and prospects, I found at the town of Cullman a population, as stated, of about eight hundred souls, and in the colony about three thousand. Their number was somewhat of a surprise to me, but there was a matter underlying all this, and that was the material progress of those already here. I first examined the town itself, and found a flouring and corn mill in successful operation and doing a good business. I next visited a furniture manufactory, and found these people manufacturing furniture and selling it at Cincinnati prices. When I asked the price of this, that, and 'the other article, all new and apparently as good as any ever brought to Montgomery for sale, I was surprised at the low prices, and my mind involuntarily went to the auction sales of second-hand furniture at Montgomery, for a comparison of prices. I found the workmen themselves were all stockholders, and this explained the reason of these. low prices. The tannery and shoe factory I did not visit, but am satisfied that the owner (with a hard name) is doing well. I next examined a new three-story brick hotel being built by Mr. Fromwalt. In the basement is the &mdash to these people &mdash inevitable lager beer cellar. In this matter of lager beer, a person would feel like he was in St. Louis or Cincinnati. Their merchants were doing a thrifty and safe business, not only with their own people, but with the natives scattered all over the plateau or mountain plain. One thing I did not see, and that was any idlers, loungers, or loafers, male or female, large or small, young or old. The things described above can be built and seen any where, but they must all stand on something outside of the city or town. I next visited the country, and though I may be wrong, I will give here my exact opinion on this, the underlying subject of this colony. When this country was all in the woods, I knew every hill, every branch, and every plain, as familiarly and well as I do the streets and the houses in the city of Montgomery. But the changed appearance of every thing here now made me feel as if I had never seen the country before. It had precisely the same appearance (save that it was covered over with timber, grape-vines and undergrowth) as the rolling prairies of Nebraska and Kansas. The houses of the German settlers, one and two story, double hewed log, with their little gardens and parterres, also looked strange. I heard a woman directing her children in the German language to run the hogs out of the field. The intonations of her voice, and the ejaculations in a foreign and unknown tongue, made me feel that I was a long way from home. I went into, through, and across their fields, and I found here the familiar Indian corn stalk, but as a rule it was planted so thick that the crop was a failure. That this was not the fault of the climate or soil is very evident, from the fact that adjoining fields cultivated by Alabamians had splendid crops of corn. The other and small crops cultivated by the Germans were more varied than those cultivated by the old settlers. But in those cultivated by both, the Alabamians were ahead. The German mind is running here on grape culture. From their own statement and accounts, and from the exhibits made to me, they will succeed here in this business. They will succeed perhaps next year in corn product, as this industrious people will certainly learn from*the"old farmers here how to cultivate this soil. In one or two years they will leurn to invest their surplus labor in cotton, the normal money staple of Alabama. Such an exhibition of patient and persevering industry I have never before witnessed in my varied and checkered life. This colony will succed here but in the cultivation of the staples heretofore known in Alabama, they must learn from the people who have been born and raised on this soil. The soil here is not rich, when compared with the soils of eastern Kansas, Iowa or Illinois. But these soils are already occupied now up to, and even beyond the region of no rain fall in the west, as will hereafter be seen. These industrious people will, by persevering labor, supply^any deficiency in fertility in these soils, lying as they do on a subsoil every where retentive and strong. But no power of man can supply the deficiency of rain-fall in the new and now unsettled west.

Submitted by Janice Rice

CULLMAN COUNTY.

Population: White, 6,312: colored, 143 Area, 590 square miles. Woodland, all.

Acres - In cotton (approximately) 1,469 in corn 10,343 in oats 1,179 in wheat 2,569 in rye, 480 in sugar-cane 66 in tobacco 41 in sweet potatoes, 215.

Approximate number of bales of cotton in round numbers, 400.

County Seat - Cullman population, 1,600 located on South & North Alabama Railroad.

Newspapers published at County Seat - Alabama Tribune and Trumpet.

Post offices in the County - Baileyton, Bosenberg, Bremen, Crane Hill, Crooked Creek, Cullman, Dreher, Etha, Jones Chapel, Logan, Marriott, May Apple, Nesmith, Ruby, Simcoe, Trimble.

This is one of the last counties formed in the State, and was organized in 1877, and has an interesting history, which begins in 1873, when John G. Cullman became the agent for the sale of the vast tracts of land belonging to the South & North Alabama and Louisville & Nashville Railroads. Source: Northern Alabama - Historical and Biographical by Smith & De Land, Birmingham, Ala 1888 - Transcribed by Veneta McKinney

WATER MILLS OF CULLMAN COUNTY IN 1886

Source: Bulletin, Geological Survey of Alabama, by Truman H. Aldrich, 1886 - Transcribed by Veneta McKinney

The following is a list of the water powers that are utilized. The most of these powers are small, but they make a large aggregate, and they represent only an insignificant part of the power that is capable of development.


Notre Newsletter

Description du produit

USS Cullman APA 78

"Personalized" Canvas Ship Print

(Pas seulement une photo ou une affiche mais une œuvre d'art !)

Chaque marin aimait son navire. C'était sa vie. Où il avait d'énormes responsabilités et vivait avec ses plus proches compagnons de bord. Au fur et à mesure que l'on vieillit, son appréciation pour le navire et l'expérience de la Marine se renforcent. Une impression personnalisée montre la propriété, l'accomplissement et une émotion qui ne disparaît jamais. Cela aide à montrer votre fierté même si un être cher n'est plus avec vous. Chaque fois que vous passez devant l'impression, vous sentirez la personne ou l'expérience de la Marine dans votre cœur (garanti).

L'image est représentée sur les eaux de l'océan ou de la baie avec un affichage de sa crête si disponible. Le nom du navire est imprimé au bas de l'impression. Quelle belle impression sur toile pour commémorer vous-même ou quelqu'un que vous connaissez qui a peut-être servi à son bord.

L'image imprimée est exactement comme vous la voyez. The canvas size is 8"x10" ready for framing as it is or you can add an additional matte of your own choosing. If you would like a larger picture size (11"x 14") on a 13" X 19" canvas simply purchase this print then prior to payment purchase additional services located in the store category (Home) to the left of this page. This option is an additional $12.00. The prints are made to order. Ils ont fière allure lorsqu'ils sont emmêlés et encadrés.

Nous PERSONNALISER l'impression avec « Nom, rang et/ou années de service » ou tout autre élément que vous voudriez qu'il indique (AUCUN FRAIS SUPPLÉMENTAIRE). Il est placé juste au-dessus de la photo du navire. Après avoir acheté l'impression, envoyez-nous simplement un e-mail ou indiquez dans la section notes de votre paiement ce que vous souhaitez imprimer dessus. Quelques Suggestions :

Marin de la marine des États-Unis
YOUR NAME HERE
Proudly Served Sept 1963 - Sept 1967

Cela ferait un beau cadeau et un excellent ajout à toute collection militaire historique. Ce serait fantastique pour décorer le mur de la maison ou du bureau.

Le filigrane "Great Naval Images" ne sera PAS sur votre impression.

Cette photo est imprimée sur Toile sans acide à l'épreuve des archives à l'aide d'une imprimante haute résolution et devrait durer de nombreuses années.

En raison de sa texture tissée naturelle unique, la toile offre une look spécial et distinctif qui ne peut être capturé que sur toile. L'impression sur toile n'a pas besoin de verre, améliorant ainsi l'apparence de votre impression, éliminant les reflets et réduisant votre coût global.

Nous vous garantissons que vous ne serez pas déçu de cet article ou de votre argent. De plus, nous remplacerons l'impression sur toile sans condition pour LIBRE si vous endommagez votre impression. Vous ne serez facturé que des frais nominaux plus les frais d'expédition et de manutention.


Cullman APA-78 - History

In 2018, Cullman County, AL had a population of 82.3k people with a median age of 40.6 and a median household income of $42,558. Between 2017 and 2018 the population of Cullman County, AL grew from 81,703 to 82,313, a 0.747% increase and its median household income grew from $40,997 to $42,558, a 3.81% increase.

The 5 largest ethnic groups in Cullman County, AL are White (Non-Hispanic) (92.1%), White (Hispanic) (3.12%), Two+ (Non-Hispanic) (1.58%), Black or African American (Non-Hispanic) (1.16%), and Other (Hispanic) (0.952%). 0% of the households in Cullman County, AL speak a non-English language at home as their primary language, and 98.5% of the residents in Cullman County, AL are U.S. citizens.

The largest universities in Cullman County, AL are George C Wallace State Community College-Hanceville (2,539 degrees awarded in 2019).

In 2018, the median property value in Cullman County, AL was $124,100, and the homeownership rate was 74.6%. Most people in Cullman County, AL drove alone to work, and the average commute time was 25.8 minutes. The average car ownership in Cullman County, AL was 2 cars per household.


Cullman County

Shrine of the Most Blessed Sacrament Located in north-central Alabama, Cullman County was founded by German immigrants in the 1870s and today is home to the Shrine of the Most Blessed Sacrament and Our Lady of Angels Monastery, founded by Franciscan nun and founder of the Eternal World Television Network Mother Angelica. Cullman County is also home to Lewis Smith Lake, popular with anglers seeking rainbow trout. The county is governed by an elected three-member commission and includes 10 incorporated communities.
  • Founding Date: January 24, 1877
  • Area: 738 square miles
  • Population: 81,316 (2016 Census estimate)
  • Major Waterways: Mulberry Fork of the Black Warrior River
  • Major Highways: I-65, U.S. 31, U.S. 278
  • County seat: Cullman
  • Largest city: Cullman
Cullman County Courthouse Cullman County was created by an act of the Alabama State Legislature on January 24, 1877, from portions of Blount, Walker, Morgan, and Winston Counties. The county is named for its founder, Johann G. Cullman, who came to Alabama in 1873 to establish a colony for German immigrants. Prior to its creation, present-day Cullman County was occupied by poor farmers and squatters. The mountainous land was too difficult to farm, and the area was one of the most isolated and desolate in north Alabama. During the Civil War, the area was a haven for Unionists and deserters. In the spring of 1863, Union colonel Abel Streight and Confederate general Nathan Bedford Forrest fought a running skirmish across northern Alabama that included a number of named battles, including at Day's Creek, Crooked Creek, and Hog Mountain in present-day Cullman County. After the war, Johann John G. Cullman Cullman saw different promise in the area. Born in Bavaria, Cullman travelled to America in the late 1860s to escape the revolutions sweeping Europe during the mid-nineteenth century. When he arrived in Alabama in 1870, he met former governor Robert Patton, who suggested that he settle in north Alabama. In 1871, he purchased around 350,000 acres on either side of the Louisville and Nashville Railroad and began recruiting settlers in 1873 through a letter-writing campaign and advertisements in his German-language newspaper, Der Nord Alabama Colonist. Cullman sold 20,000 acres of land in the area to poor immigrants by offering the land at drastically reduced rates. This angered squatters and poor farmers who already lived in the area, and in the early 1870s, Cullmann survived an assassination attempt when an outraged farmer attacked him with a bowie knife. Soon, however, the town of Cullman contained 125 new immigrant families. By 1880, the town had a population of 1,200, a train depot, three public schools, a telegraph office, a courthouse, and several successful businesses. Although Johann Cullmann succeeded in attracting European immigrants and was even asked to devise a "plan of immigration" for the Alabama Department of Immigration, his town outlawed blacks from settling in the area. During the late nineteenth and early twentieth centuries, Cullman was known as a sundown town, so named for its alleged display of a sign warning blacks not to be in town after sundown. Cullman Railroad Depot Prior to the settlement of Cullman County, the area was populated by poor farmers and squatters. Believing the mountainous terrain of the county to be unproductive, farmers seeking large farms avoided the area. After the establishment of a rail line from Montgomery to Decatur, Louisville & Nashville Railroad vice president Albert Fink met with Johann Cullman to discuss building a town along the line to attract business. Cullman attracted hundreds of German families to the area, who set about transforming the economy of the town. Soon the county boasted a diversity of crops, including cotton, grapes, strawberries, raspberries, peas, and corn. German settlers also opened breweries, sausage and cheese factories, and wineries. By the turn of the century, Cullman contained two grist mills, eight steam cotton gins, two wagon factories, a shoe factory, a furniture factory, 12 sawmills, and a cotton oil company. According to the Alabama Cooperative Extension Service, Cullman County currently leads the state in agricultural production and is ranked as one of the top 60 counties in America in total agricultural income. Current major agricultural products include poultry, beef cattle, sweet potatoes, nursery plants, corn, and forest products.
  • Educational services, and health care and social assistance (21.0 percent)
  • Manufacturing (16.5 percent)
  • Retail trade (14.5 percent)
  • Construction (8.7 percent)
  • Professional, scientific, management, and administrative and waste management services (7.4 percent)
  • Arts, entertainment, recreation, and accommodation and food services (6.7 percent)
  • Other services, except public administration (5.7 percent)
  • Transportation and warehousing, and utilities (5.0 percent)
  • Finance and insurance, and real estate, rental, and leasing (4.5 percent)
  • Public administration (3.3 percent)
  • Agriculture, forestry, fishing and hunting, and extractive (2.7 percent)
  • Wholesale trade (2.7 percent)
  • Information (1.2 percent)
Cullman County Map Comprising approximately 738 square miles, Cullman County lies wholly within the Cumberland Plateau physiographic section. It is bounded to the north by Morgan County, to the east by Marshall and Blount Counties, to the south by Walker County, and to the west by Winston County. Ave Maria Grotto The Shrine of the Most Blessed Sacrament and Our Lady of Angels Monastery are located on 400-acres of land in rural Hanceville. The shrine and monastery were built under the leadership of Mother Angelica, who is also the founder of the Eternal Word Television Network, headquartered in Birmingham. The monastery is open to pilgrims and visitors, and the Shrine of the Most Blessed Sacrament is open for daily Mass. During the first week of October, Cullman holds its annual Oktoberfest, which celebrates the German heritage of Cullman County's founders. Cullman is also home to the Cullman County Museum and Weiss Cottage. The Ave Maria Grotto, a four-acre park, features 125 famous buildings and shrines from around the world recreated in miniature from stone, concrete, and discarded items, such as marbles and broken china. The sculptures were constructed over a 40-year period by Brother Joseph Zoettell, a Benedictine monk of St. Bernard Abbey in Cullman. The Crooked Creek Civil War Museum and Park, in the unincorporated community of Vinemont, is located in an area that encompasses one of the sites at which Gen. Nathan Bedford Forrest's Confederate troops engaged with Union soldiers under the command of Union colonel Abel D. Streight. The museum is located in a former stagecoach inn and houses exhibits featuring weapons, documents, photos, and other artifacts and memorabilia.

Clarkson Covered Bridge Lewis Smith Lake is known for the high quality of its water. The dam at its base releases clear, cold water into the Sipsey Fork, which makes it one of the few places in the state for trout fishing. The county also contains Clarkson Covered Bridge, one of the largest covered bridges in the state, which was built in 1904 and spans Crooked Creek.

Heritage of Cullman County, Alabama. Clanton, Ala.: Heritage Publishing Consultants, Inc., 1999.


Voir la vidéo: KATHRYN KUHLMAN: The Consecrated Life Is A Lonely Life; Thus Communion wHoly Spirit Is Priceless